Si elle est élue, Marine Le Pen prétend renégocier les traités européens pour retrouver « soi-disant » des marges de manœuvre, notamment sur l’euro. « L’euro est un obstacle majeur au développement de notre économie » martèle-t-elle. Son vœu le plus cher ? Dévaluer la monnaie pour redynamiser l’industrie française.