drapeau européen

Membre de la commission des affaires européennes du Sénat et fédéraliste européen depuis mes 18 ans, j’interviens régulièrement sur les questions européennes. Je ne manque pas d’interpeller le gouvernement pour lui rappeler la vision socialiste de l’Europe et de l’Union européenne.

Je pointe aussi fréquemment du doigt les difficultés vécues par les Français établis dans d’autres pays de l’Union : manque de coordination des régimes de sécurité sociale, problèmes liés au détachement des travailleurs, dysfonctionnements en matière fiscale, conflits transfrontaliers en cas de divorce, de successions...

Vous trouverez ici mes interventions sur l’Union européenne et l’Europe.

Le 30 janvier, à l'occasion d'une séance de questions cribles sur le déficit démocratique de l'Union européenne, j'ai interrogé le ministre délégué chargé des affaires européennes, Thierry REPENTIN, sur la légitimité démocratique de la "troïka", qui est chargée de superviser la mise en œuvre des programmes de réformes et d’ajustement budgétaire qui ont été négociés  avec la Grèce, l’Irlande, le Portugal et Chypre. J'ai également attiré son attention sur le contrôle démocratique des dispositifs mis en place dans le cadre de l'union bancaire (mécanisme de supervision unique, mécanisme de résolution unique).

Le Sénat a adopté cet après-midi à l’unanimité un projet de loi présenté en séance par la ministre des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, transcrivant la directive 2013/1/UE du 20 décembre 2012 relative à l’exercice du droit d’éligibilité aux élections au Parlement européen pour les citoyens de l’Union résidant dans un État membre dont ils ne sont pas ressortissants.