immigration

Ayant été immigré lorsque je vivais à l’étranger, la question des droits des migrants, et notamment du droit d’asile, me touche particulièrement. J’interviens ainsi souvent sur les centres de rétention administrative, sur les questions de visas, de cartes de séjour, de regroupement familial

Vous trouverez ici mes interventions en matière d’immigration et d’asile.

Sur l’initiative du sénateur Richard YUNG, une délégation de parlementaires composée des sénatrices Alima BOUMEDIENE-THIERY, Bariza KHIARI, Claudine LEPAGE et de la députée George PAU-LANGEVIN s’est rendue aux centres de rétention administrative (CRA) 2 et 3 du Mesnil-Amelot (Seine-et-Marne) le lundi 19 septembre.

Le 9 août, deux Soudanais sont interpellés en gare de Bordeaux et placés en garde-à-vue pour séjour irrégulier. Ils sont conduits au centre de rétention et, par l'intermédiaire de leur avocat, saisissent le juge des libertés et de la détention pour qu'il annule la garde-à-vue. Dès le 10 aout, le juge des libertés et de la détention adresse les convocations à l'audience du lendemain, à 14 heures, mais, au petit matin du 11 aout, la Préfecture, sans avertir leur avocat, sans attendre l'audience, choisit de mobiliser et un véhicule et du personnel de police pour les reconduire à la frontière italienne.

Le vendredi 1er avril 2011 avec Bariza KHIARI, sénatrice de Paris, j’avais effectué une visite du local de rétention administrative (LRA) de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne). Le compte-rendu de cette visite avait été posté sur mon site Web, mais aussi repris sur celui de la Cimade.

Je suis cosignatiare de l'appel suivant et je vous invite à le signer aussi sur le site de France terre d'asile.

Depuis janvier 2011, plus de 20 000 Tunisiens sont arrivés sur les côtes italiennes et quelques milliers, qui se sont vus délivrer par Rome une autorisation provisoire de séjour à titre humanitaire, se sont dirigés vers la France. Certains errent aujourd'hui dans les rues et les squares des grandes villes, Marseille, Nantes et surtout Paris. Ils bénéficient du soutien d'urgence que leur apportent les associations, certaines municipalités et d'une importante entraide communautaire et citoyenne. Cela ne suffit évidemment pas.