immigration

Ayant été immigré lorsque je vivais à l’étranger, la question des droits des migrants, et notamment du droit d’asile, me touche particulièrement. J’interviens ainsi souvent sur les centres de rétention administrative, sur les questions de visas, de cartes de séjour, de regroupement familial

Vous trouverez ici mes interventions en matière d’immigration et d’asile.

J’étais dans l’hémicycle les 9, 10 et 11 octobre (avec séance de nuit jusqu’à 5 heures du matin !) pour participer à la bataille contre le projet de loi sur l’immigration. Nous avons obtenu que le texte initial soit édulcoré, et les débats comme le scrutin ont montré l’extrême division de la majorité sur un thème qui semble être l’idée fixe de Sarkozy.

Le Sénat a débattu dans la nuit du 3 au 4 octobre de l'amendement "Mariani" instituant les tests ADN comme preuve de filiation pour des étrangers en cas regroupement familial, et en cas de doute des autorités françaises.
La commission des Lois avait précédemment décidé de supprimer l'amendement comme inutile, vexatoire et attentatoire à la loi bioéthique.

Le mercredi 3 octobre, parallèlement à la discussion du projet de loi relatif à l'immigration, Monique Cerisier-ben Guiga et moi-même avons reçu une délégation de représentants syndicaux de l'Office français des réfugiés et apatrides (OFPRA) - en grève - ainsi qu'une représentante du syndicat des avocats de France (SAF). Ils nous ont remis une pétition qui a recueilli plus de 300 signatures (cf. ci-dessous le texte de la pétition en fichier PDF).

Vendredi 21 septembre, la Chinoise de 51 ans qui s’était défenestrée la veille pour échapper à la police, s’est éteinte à l’hôpital Georges Pompidou. Cette femme sans-papiers avait pris peur à l’arrivée des forces de l’ordre dans l’appartement de son logeur auquel les policiers venaient remettre une convocation judiciaire. Elle a tenté de s’enfuir en sautant du premier étage, mais a fait une mauvaise chute.

M. Simao et ses deux enfants, menacés d’expulsion par Sarkozy, viennent de recevoir leurs papiers : une carte temporaire de séjour permettant d’exercer une activité professionnelle. Je m’étais engagé à les « parrainner » et j’étais intervenu auprès du préfet d’Orléans pour qu’ils puissent rester en France.