J’ai assisté hier soir à la 18ème édition des TROPHÉES INPI au Grand Palais.

Cette année, l’INPI qui est partenaire fondateur du dispositif Solutions COP21, a mis à l’honneur 9 ETI-PME et 3 centres de recherche qui ont su associer la problématique environnementale à une stratégie d’innovation exemplaire. Des nominés qui agissent au service du bien collectif, démontrant ainsi que, bien protégée, l’innovation est source de croissance, forte et durable.

Vous trouverez ci-dessous des détails sur les 4 lauréats choisis par le jury, présidé par Jean-Dominique Senard, Président de Michelin.

Catégorie brevet
« L’innovation, c’est le processus même de la vie »
La société PAT – Plant Advanced Technologies – a été créée en 2005 par Jean-Paul Fèvre et deux chercheurs associés qui sont à l’origine du brevet « Plantes à traire » élaboré lorsqu’ils travaillaient à l’Institut National Polytechnique de Lorraine en association avec l’INRA.
Plus de détails sur le site Web de l’INPI

Catégorie recherche
« Transformer des résultats abstraits de recherche en produits concrets »
DEEP (Déchets, Eaux, Environnement, Pollutions) est un laboratoire de l’Institut National des Sciences Appliquées de Lyon et l’un des premiers à s’être intéressé aux déchets dans les années 1970. Avec deux principaux domaines d’application portant sur les eaux et hydrosytèmes urbains ainsi que sur les déchets solides, sédiments et sols pollués, il est à l’origine de deux avancées majeures brevetées dans ces deux secteurs environnementaux.
Plus de détails sur le site Web de l’INPI

Catégorie design
« Mon dada, c’est d’imaginer les marchés de demain »
Chez les Lamé on est agriculteurs – et innovateurs – de père en fils ! Le père diversifie déjà l’exploitation céréalière en 1987 avec une activité d’horticulture dédiée au gazon en rouleau, utilisé par exemple pour les stades de foot. Le Prieuré se lance dès 1992 dans les toitures végétalisées, concept fraîchement débarqué d’Allemagne.
Plus de détails sur le site Web de l’INPI

Catégorie marque
« On ne change pas le monde en deux ans »
Doit-on encore présenter BlaBlaCar ? La plateforme communautaire payante de covoiturage, créée par le français Frédéric Mazzella il y a une dizaine d’années, revendique aujourd’hui 20 millions de membres à travers 19 pays.
Plus de détails sur le site Web de l’INPI

Ajouter un Commentaire