finance

Vouant un intérêt particulier aux questions économiques depuis mes études et une expérience professionnelle dans le monde de la finance, je suis de près les dossiers économiques et financiers au sein de la commission des finances du Sénat. Je m’intéresse ainsi à la gouvernance économique européenne et mondiale, à la régulation bancaire et financière, au commerce extérieur, aux exportations et aux investissements français à l’étranger. Par ailleurs, je milite activement pour l’introduction de l’action de groupe en droit français.

Vous trouverez ici mes interventions dans le domaine de l’économie et des finances.

M. le président. La parole est à M. Richard Yung.

M. Richard Yung. Monsieur le président, madame la secrétaire d'État, madame le rapporteur, mes chers collègues, en octobre 2009, les Français découvraient avec étonnement que M. Proglio, malgré sa nomination au poste de président-directeur général d’EDF, resterait président du conseil d’administration de Veolia, appelé ainsi à cumuler des fonctions de direction dans une entreprise privée et dans une entreprise publique de tout premier plan.

Communiqué du Groupe socialiste du Sénat

Le rapport de Richard Yung (PS) et de Laurent Béteille (UMP), de la commission des Loi du Sénat, vient à point nommé pour rappeler qu'il est nécessaire d'ouvrir un nouveau droit à réparation de préjudices matériels de masse lié à un litige contractuel.

Le Groupe socialiste y voit un signe positif, alors qu’il défendra le 24 juin prochain sa proposition de loi, déposée une première fois en 2006 puis à nouveau en février 2009.

Le 24 juin, le Sénat a examiné la proposition de loi que j’avais déposée avec ma collègue Nicole BRICQ (PS, Seine-et-Marne) en avril 2006 puis en février 2010 afin d’introduire dans la législation française une procédure de recours collectif. Notre texte vise à permettre aux citoyens d’obtenir réparation des dommages matériels de faible montant qu’ils ont subis dans les domaines de la consommation, de l’environnement, de la santé, etc.

Depuis le mois de septembre 2009, les socialistes des trois assemblées(1) travaillent ensemble sur les questions de la régulation financière et de la gouvernance économique.

L’objectif est double : il s’agit d’une part de coordonner nos travaux en établissant une feuille de route sur des sujets centraux pour la sortie de crise ; d’autre part, ce thème fédérateur nous permet de définir une méthode de travail pour nos groupes politiques dans le cadre de la mise en oeuvre progressive du traité de Lisbonne ; ainsi, nous expérimentons et préparons un véritable manuel pédagogique et pratique de l’utilisation du traité de Lisbonne, anticipant le renforcement des liens entre les parlements nationaux et le Parlement européen. Nos travaux s'inscrivent également dans le cadre de ceux menés au sein du Parti Socialiste Européen et du Parti Socialiste Français.