Concluant l’examen de la première partie du projet de loi de finances pour 2018, l’ensemble des groupes politiques qui compose le Sénat a été appelé à s’exprimer et à voter.

Le texte que le Sénat devait voter est aujourd’hui profondément dénaturé par la majorité sénatoriale LR :

  • Suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) et de l’impôt sur la rente immobilière le remplaçant, l’impôt sur la fortune immobilière (IFI).
  • Suppression également des taxes additionnelles sur les voitures de sports, les yachts et l’or.
  • Suppression de l’article prévoyant l’exonération de la taxe d’habitation pour 80% des foyers, soit 600 euros d’ici 2020 de baisse d’impôts.

En somme, le Sénat a fait le choix de privilégier les très fortunés et de pénaliser les classes moyennes. A l’inverse, le Groupe La République en Marche ! a défendu des choix de transformation, d’orientation de l’épargne vers l’investissement productif, de baisse de la fiscalité sur les ménages et les entreprises.

Au moment du vote, le Groupe La République en Marche !, ne pouvant refuser le budget, ce qui aurait signifié refuser le débat et l’examen de la deuxième partie du projet de loi de finances, s’est abstenu.

Cette position est cohérente avec le souhait des sénateurs composant le groupe de défendre les engagements du Président de la République et la stratégie menée par le Premier ministre.

Ajouter un Commentaire