Mains unies

Mon champs d’action ne se limite pas à celui de la commission des lois et de la commission des affaires européennes. J’interviens régulièrement sur la protection sociale des Français de l’étranger, et notamment sur la caisse des Français de l’étranger.

Par ailleurs, vivre à l’étranger permet d’avoir un autre regard sur la société et sur la façon dont la loi aborde les questions sociales. Je suis ainsi, au sein du Sénat, le défenseur des  droits des homosexuels expatriés, pour rappeler que leurs droits doivent aussi progresser en France et suivre le modèle de certains de nos pays voisins. Je m’intéresse également aux questions liées à la prostitution.

Vous trouverez ici mes interventions sur les questions sociales.

Le 15 juin dernier, le Conseil des droits de l’homme des Nations unies a adopté – à l’issue de débats particulièrement houleux – une résolution affirmant expressément l’égalité entre les hommes quelle que soit leur orientation sexuelle ou leur identité de genre. Ce texte, proposé par l’Afrique du Sud et soutenu par 39 Etats (dont la France), réaffirme l’universalité des droits humains et prévoit la rédaction, d’ici à la fin de l’année 2011, d’un rapport faisant état des pratiques discriminatoires liées à l’orientation sexuelle ou à l’identité de genre.

Vous pouvez consulter en cliquant ici un document de travail sur les questions LGBT, en espérant contribuer ainsi au débat.

Avec l’adoption du Pacs en 1999, la France comptait parmi les pays les plus avancés pour les droits des personnes LGBT. Aujourd’hui en 2011, en réservant le mariage aux couples hétérosexuels, la France fait mentir sa devise républicaine. A l’inverse, l’Afrique du sud, l’Argentine, la Belgique, le Canada, l’Espagne, Mexico city, la Norvège, le Portugal, les Pays-Bas, la Suède et plusieurs états américains ont montré l’exemple en ouvrant le mariage aux couples de même sexe.