Je suis accueilli à mon arrivée à Tananarive le soir du 10 juillet par Étienne Léandre, consul général de France, et Jean-Daniel Chaoui, conseiller AFE.

Je devais me rendre le lendemain à Sambava, sur la côte est de Madagascar, puis visiter l’Alliance Française dans la ville voisine d’Anthala, et rencontrer les communautés françaises de ces deux villes. Malheureusement l’avion que je devais prendre était surbooké, et Air Madagascar incapable de m’assurer la place que j’avais réservée.

Le 12 juillet j’ai pu aller à Mantasoa où se trouve la maison-musée de Jean Laborde pour la restauration de laquelle j’ai consacré une partie de ma réserve parlementaire.

Maison de Jean Laborde

Le 13 juillet j’ai rencontré au consulat des chercheurs de l’IRD Madagascar (Institut de recherche pour le développement) : Mireille Razafindrakoto, Jean-Michel Wachsberger, François Roubaud et Linda Rua. Leur équipe pluridisciplinaire mène une enquête approfondie sur les causes du sous-développement de l’île, les cycles de crises politiques, l’atomisation des citoyens et le sentiment d’insécurité, en cherchant à dégager les spécificités de la situation malgache.

IRD Madagascar

J’ai ensuite eu un entretien avec Véronique Vouland-Aneini, ambassadeur de France, qui a confirmé la gravité de la situation économique de Madagascar, les problèmes posés par la corruption, et la complexité des relations entre nos deux pays.

Véronique Vouland-Aneini

Au cours du déjeuner avec la consul général, Emmanuel Gagniarre, deuxième conseiller, est revenu sur le débat parlementaire en cours instaurant un code de la presse et sur les polémiques que suscite ce projet de loi, introduit à la demande du PNUD et destiné à clarifier les conditions de la liberté de la presse.

J’ai eu l’honneur d’être reçu au Sénat par son président, Honoré Rakotomanana, accompagné de deux vice-présidents, de plusieurs sénateurs et de son directeur de cabinet. Cet éminent juriste, spécialiste de droit comparé, s’attache à établir les conditions d’élections irréprochables. Mes collègues malgaches ont souhaité que le Sénat français les aide à améliorer l’élaboration des propositions de loi. Nous avons tous insisté sur le raffermissement des relations entre nos deux institutions.

Honoré Rakotomanana

Le soir un dîner offert par l’ambassadeur de France a réuni, avec le consul général, les chefs de service (Bruno Asseray, premier conseiller, Jean Boulanger, chef de service économique adjoint, Andrzej Rogulski, COCAC, Colonel Damien de Besombes, attaché de défense), les conseillers AFE résidant à Madagascar (Jean-Daniel Chaoui et Jean-Hervé Fraslin) ainsi que Jean David-Naudet, directeur de l’AFD.

Dans les beaux jardins de la Résidence de l’ambassade de France, la cérémonie du 14 juillet a rassemblé autour de l’ambassadeur, du consul général et des chefs de service, quelque 1500 invités, français et malgaches. De nombreuses personnalités politiques malgaches étaient présentes, parmi lesquelles le Premier ministre Olivier Mahafaly, les présidents de la Cour constitutionnelle, de l’Assemblée nationale et du Sénat, l’ancien Président de la République Marc Ravalomanana, l’ancien Premier ministre Omer Berizirky, Michaëlle Jean, Secrétaire générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie ainsi que Isabelle Boudineau, Vice-présidente de la Région Nouvelle Aquitaine, responsable de la coopération décentralisée avec la région du lac Itasy.


Avec Marc Ravelomanana


Avec Isabelle Boudineau


Avec le Premier ministre et Madame l'ambassadeur


Avec le Président du Sénat, Madame l'ambassadeur et son époux

Le 15 juillet j’ai participé au lancement, à l’université d’Ankatso, de l’université d’hiver austral en sciences sociales à Madagascar, organisée par l’IRD. Pendant une semaine des chercheurs de plusieurs disciplines vont analyser et débattre du sujet « gouvernance, institutions et rôle des élites », avec un élan et un dynamisme qui donne confiance dans l’avenir du pays.


Avec Marie Monique Rasoazananera, ministre de l’enseignement supérieur, Madame l’ambassadeur et Philippe Bataille, directeur de la francophonie océan indien


Avec des étudiants et Samuel F. Sanchez, historien, chercheur à l’IRD

J’ai ensuite été reçu, avec Madame l’ambassadeur de France, par le Premier ministre, Olivier Mahafaly, avec qui j’ai évoqué la situation des entreprises françaises ainsi que la sécurité de nos compatriotes.

L’après-midi, le consulat général avait organisé une réunion avec les conseillers du commerce extérieur : Karim Barday (groupe Basan), Jean-Claude Starczan (Imperial Tobacco), Véronique Perdigon (présidente des CCE, groupe EDM), Vincent Desobry (Corsair), Jean-Pierre Badano (Jumbo Score), le consul général et Jean Boulangé, conseiller économique adjoint. Ils ont souligné le poids excessif de l’économie informelle, qui ne participe pas aux impôts. Il y a un problème récent de liquidité bancaire, une récolte précoce et très importante de vanille ayant asséché la distribution de crédit. On ne peut qu’espérer que la Banque centrale prendra les mesures nécessaires.
L’autre grave problème, celui de l’insécurité, naît de la pression démographique à Tananarive, qui voit arriver chaque année 100 000 nouveaux habitants.

Le 16 juillet, nous avons rencontré des représentants de la communauté des Français d’origine indienne. Nous faisons le point sur l’évolution des activités économiques, en particulier dans le domaine de l’immobilier, du bois, de la distribution.
Même si la communauté est prête à investir, il y a un sentiment, dans les générations les plus jeunes, de doute sur l’avenir.
Nous avons ensuite un débat sur les questions de sécurité, en particulier par rapport aux enlèvements dont sont plus particulièrement victimes la communauté.
Plusieurs pistes doivent être explorées mais je ne peux que recommander la fermeté, sentiment partagé.

À midi déjeuner amical avec une trentaine de personnes membres de Français du monde chez nos amis Chaoui à Ambohibao.

TAGS:

Ajouter un Commentaire