Le 13, cocktail offert par le Consul général à l’Institut français pour rencontrer les représentants de associations françaises.

Puis, réunion publique, également à l’Institut français, sur le rôle et le fonctionnement du Sénat.

Le 14, je rends visite à M. Pierre Lanapats, le nouveau Consul général, ainsi qu’à M. Pierre Robion, consul, et Mme Martine Russet, chef de chancellerie.
Échange de vues sur les différents agents de la chancellerie consulaire.
Puis tour d’horizon sur la situation politique et économique de la Bavière et des relations entre la France et la Bavière.
À souligner la baisse, dans chaque pays, du nombre de Français et d’Allemands qui apprennent la langue de l’autre.

Déjeuner, à l’invitation du Consul général, avec les conseillers du commerce extérieur, Sylvaine Bruneau, présidente des CCE Allemagne, Marc de Savigny, directeur E.ON (énergie), Alain Polgar, PDG d’une entreprise de service vidéo sur demande, et Gilles Chêne, PDG de Planisware (logiciels). Parmi les sujets abordés :
- la difficulté de recruter des jeunes ingénieurs et cadres français (problème de la langue, réticences vis-à-vis de l’Allemagne, ...)
- le peu d’échanges d’apprentis (Erasmus+ et autre)
Par ailleurs, le réseau de soutien aux entreprises et aux exportateurs français (Chambre de commerce franco-allemand, BusinessFrance) mérite sans doute d’être revu et redimensionné, compte-tenu de l’importance du marché allemand.
Enfin, dans un État fédéral comme l’Allemagne, les relations entre les länder, en particulier les grands comme la Bavière, sont de toute première importance.

Ajouter un Commentaire