Washington (19 au 21 février 2018)

Le 20 février, petit déjeuner avec Laure Pallez, conseillère économique adjointe et ancienne présidente de la Commission des finances de l’AFE. Nous faisons un tour d’horizon de la politique économique et monétaire américaine : croissance, réindustrialisation, régulation bancaire et financière.

Rencontre avec Mme Cécile Walk, consule adjointe à Washington.

Entretien avec MM. Renaud Lassus, chef du service économique régional et Thibaut Guyon, conseiller financier. Nous évoquons la réforme fiscale américaine (IS passant de 33% à 21%), facilité de rapatrier la trésorerie des entreprises placée ans les paradis fiscaux), politique monétaire de la FED 

Rencontre organisée par Mme Charlotte Beaumatin, conseillère régionale pour la propriété intellectuelle, avec deux cadres du « National IP rights coordination center », MM. Nathan Loehr et Steven Shapiro, qui regroupe les différentes agences fédérales en charge de la lutte anti-contrefaçon. Ils ont en charge la politique d’investigation avec échange des bases de données, la formation pour tous les publics concernés, la recherche dans les secteurs nouveaux.

Déjeuner avec Mme la Consule, Mme Charlotte Beaumatin, M. Pierre-Olivier Pollet, attaché fiscal, M. Jean-Noël Blanc, conseiller douanier.

L’après-midi, entretien avec M. Gérard Araud, notre ambassadeur auprès des États-Unis.
Un des sujets est de comprendre comment le Président Trump garde un pourcentage aussi élevé de soutien dans son électorat, et ce, malgré des résultats pour le moins moyens. La réponse est qu’il sait surfer avec talent sur les raisons idéologiques et populistes les plus profondes : trop de droits aux minorités, argent public gaspillé, ...

Réunion avec MM. Jonas Anne-Braun, conseiller économique et Christophe Bonneau, conseiller économique adjoint, nous regardons l’animation du réseau d’appui au PME françaises aux États-Unis (Business France, chambres de commerce, Conseillers du commerce extérieur) dans le cadre de nos propositions pour la loi PACTE.

Le soir, je fais une permanence pour les Français de DC avec Mmes Monique Curioni et Christiane Ciccone, élues de Français du Monde, sur les questions de fiscalité, de retraite, ...

Dîner avec la jeune section de La République En Marche.

Le 21 février

Visite de la « Dora Kennedy French Immersion School » avec M. Karl Cogard, attaché de coopération éducative.

Nous sommes reçus par le principal, M. Parfait Awono et plusieurs responsables de l’éducation bilingue du comté du Prince George et du Maryland. L’école scolarise 650 élèves qui font leur scolarité essentiellement en français, sur un curriculum du Maryland. L’enseignement est de bonne qualité, reconnue par le « blue ribbon ». Le financement est entièrement public. La France encourage de telles initiatives qui permettent de maintenir l’enseignement de la langue aux États-Unis.

Déjeuner avec M. Michel Charbonnier, Consul général, le général Jean-Pierre Montegu, attaché de défense, M. Simond de Galbert, conseiller politique. Nous évoquons les positions américaines sur l’engagement des pays européens en matière de défense, leur contribution aux budgets, ... Clairement les États-Unis souhaitent surtout avoir accès aux marchés militaires européens même si eux-mêmes gardent jalousement fermés leurs propres marches. L’augmentation importante du budget de la défense américain (700 milliards de dollars) vise à avoir une telle supériorité que nul autre pays ne puisse s’opposer à eux.
Sur les relations avec la Turquie, il est peu probable que la crise aille jusqu’à la sortie de l’OTAN.

Vol pour New York

J’anime un dîner-débat organisé par La République En Marche et son référent New-yorkais, Florent Joly, sur les mesures concernant les Français de l’étranger dans la politique du gouvernement. Nombreuses questions sur le retour en France, comment être engagé dans la société française a l’étranger, les retraites, la fiscalité, ...

Jeudi 22 février

Rendez-vous avec MM. Olivier Jonglez, conseiller financier, et Alexis Ladasic, attaché financier. Nous faisons le point sur la politique américaine en matière de réglementation bancaire, de supervision et de résolution. Le sentiment général est que derrière des déclarations quelque peu à l’emporte-pièce, la pratique qui sera suivie est raisonnable et suit les engagements internationaux des États-Unis (p.ex. pour Bâle 3).
On peut se poser davantage de questions sur la politique fiscale (baisse des impôts, relance de la dépense publique, creusement du déficit public de 1500 milliards de dollars) alors même que l’économie est à plein régime (108 mois de croissance consécutifs) et que le chômage est à 4%. Le risque de surchauffe, de hausse des prix est donc réel qui peut amener une hausse des taux de la FED pour ralentir l’économie.

Rencontre à Business France avec MM. Henri Baissas, directeur Amérique du Nord et Christophe Grignon, son adjoint.
Globalement nos relations commerciales (exports-imports) sont équilibrées même si Donald Trump considère que la France fait partie du groupe de pays (Allemagne, Corée, Japon, Pays-Bas, ...) qui contribuent peu aux dépenses de dépenses communes comme l’OTAN mais qui ont un excédent commercial avec les États-Unis.
Ils me présentent leurs activités, centrées sur des nouveaux secteurs comme l’intelligence artificielle, les Fintec, mais aussi plus classiques comme les vins et spiritueux. Ils sont organisés en 7 implantations chacune ou presque ayant en charge un secteur déterminé.
Nous faisons le point sur nos propositions relatives au projet de loi PACTE et sur le rapport Lecourtier concernant le réseau à l’étranger.

Dejeuner avec les conseillers consulaires, Mme Annie Michel, M. Julien Ducourneau), Mme Pascale Richard, suppléante du député, M. Gérard Epelbaum, président du comité des associations françaises de New York, et les chefs de service à l’invitation de Mme Anne-Claire Legendre, consule générale. C’est l’occasion de faire le point des problèmes que rencontre la communauté : coût de la scolarité, éléments pris en compte pour la détermination des bourses (plafond de l’immobilier, retraites par capitalisation), certificats de vie, obtention plus difficile des visas américains, crédits d’entretien des locaux consulaires.

L’après-midi, je rencontre M. Martin Bischoff, directeur de la Chambre de commerce Franco américaine. Elle compte plus de 1000 membres dont 60% de Français et dispose de 18 implantations. Une de ses sources de financement est la gestion du visa J1 nécessaire pour les VIE. Elle offre tous les services nécessaires à une implantation.

Le soir participation à une réunion, au Consulat, des associations françaises de New-York présidée par M. Gérard Epelbaum. Elles sont près de 70, dont certaines ont plus de cent ans d’existence et actives dans tous les domaines. Nous discutons de différents sujets : réforme institutionnelle, francophonie, service national, vote électronique, ....

Ajouter un Commentaire