L’accord franco-brésilien relatif au programme « vacances-travail » a été publié au Journal Officiel du 21 mars.

Signé à Brasilia le 12 décembre 2013, cet accord permettra à de jeunes ressortissants français âgés de 18 à 30 ans de séjourner sur le territoire brésilien à des fins touristiques et culturelles tout en ayant la possibilité d’y occuper, à titre accessoire et pendant une durée maximum de douze mois (visa à entrées multiples délivré gratuitement), une activité professionnelle salariée afin de compléter les moyens financiers dont ils disposent.

Les bénéficiaires de cet accord devront disposer des ressources financières nécessaires pour subvenir à leurs besoins au début de leur séjour. Ils devront également justifier de la souscription d’un contrat d’assurance couvrant l’ensemble des risques liés à la maladie-maternité-invalidité et à l’hospitalisation ainsi que le rapatriement. Une fois arrivés au Brésil, ils devront s’enregistrer auprès de la police fédérale et demander un livret de travail auprès d’une agence du ministère du travail et de l’emploi. À l’issue de leur séjour, ils ne pourront pas solliciter la délivrance d’un autre titre de séjour en vue de se maintenir sur le territoire brésilien.

Chaque année, les autorités françaises et brésiliennes fixeront le nombre maximum de personnes autorisées à bénéficier de ce programme ainsi que le montant minimal des ressources exigibles au début du séjour.

Douze autres accords « vacances-travail » sont déjà en vigueur : Nouvelle-Zélande (2000), Japon (2000), Australie (2004), Corée du Sud (2009), Argentine (2011), Hong Kong (2013), Canada (2015), Chili (2015), Colombie (2015), Taïwan (2016), Mexique (2016), Uruguay (2016). Il est également à noter que l’accord franco-russe sur les migrations professionnelles, en vigueur depuis 2011, comporte des dispositions relatives aux visas « vacances-travail ».

Vous pouvez prendre connaissance de l’accord franco-uruguayen en cliquant ici.

Ajouter un Commentaire