parapluie

Les Français de l’étranger ont eux aussi droit à une protection sociale. Elle se matérialise par le comité d’entraide aux français rapatriés, le dispositif d’aide sociale aux Français de l’étranger, la caisse des français de l’étranger, et le centre des liaisons européennes et internationales de sécurité sociale. Je suis étroitement en relation avec ces différents organismes.

Vous trouverez ici mon activité dans le domaine de la protection sociale des Français de l’étranger.

Depuis le 16 avril, la Caisse des Français de l’étranger (CFE) expérimente la prise en charge des frais d’hospitalisation en tiers-payant dans les pays de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN), à l’exception de Singapour.

Préoccupé par les dysfonctionnements des services de la direction des assurés de l'étranger de la Caisse nationale d'assurance vieillesse (CNAV), j'ai déposé une question écrite, dont vous trouverez le texte ci-dessous. Elle a été publiée au Journal Officiel le 19 avril.

Les retraités qui sont à la fois fiscalement domiciliés à l’étranger et affiliés à un régime obligatoire français d’assurance maladie - y compris les adhérents à la CFE - ne sont pas assujettis aux prélèvements sociaux au titre de leur pension. Ces personnes doivent cependant acquitter une cotisation d’assurance maladie (COTAM), dont les taux ont été augmentés de 1,7 point par un décret du 30 décembre 2017 (hausse identique à celle du taux de la CSG).