parapluie

Les Français de l’étranger ont eux aussi droit à une protection sociale. Elle se matérialise par le comité d’entraide aux français rapatriés, le dispositif d’aide sociale aux Français de l’étranger, la caisse des français de l’étranger, et le centre des liaisons européennes et internationales de sécurité sociale. Je suis étroitement en relation avec ces différents organismes.

Vous trouverez ici mon activité dans le domaine de la protection sociale des Français de l’étranger.

Les blogs du Monde diplo, mercredi 12 janvier 2011, par Christian Kessler et Julien Bielka

Professeur de français dans une prestigieuse école à Tokyo, jeune père de trente-cinq ans, Arnaud Simon s’est pendu le 20 novembre dernier. Les témoignages tendent tous à expliquer ce geste désespéré par l’impossibilité de voir son fils, âgé de 20 mois, depuis la séparation d’avec sa femme. En juin 2010, un autre Français, Christophe Guillermin, résidant à Osaka, lui aussi empêché de voir son enfant, avait également mis fin à ses jours. Ces deux morts tragiques rappellent le problème lancinant des enlèvements par les mères japonaises d’enfants issus de couples mixtes. Au-delà de la vie intime de chacun, de la complexité de telle ou telle situation, les faits demeurent : en quelques mois, deux Français se sont donné la mort pour des raisons identiques.

Xavier Gosset, responsable SNES du Lycée Descartes de Rabat, nous a informé que réunis à près de 80 devant l'Ambassade de France à Rabat le 21 octobre 2010, ils avaient remis une pétition d'environ 400 citoyens de Casablanca et Rabat au Commissaire de l'Ambassade de France pour Monsieur l'Ambassadeur de France au Maroc.
Plusieurs journalistes étaient présents pour ce rassemblement pacifique.
D'autres actions sont déjà envisagées afin d'obtenir le retrait de cette réforme des retraites injuste.