On se rappelle ce conte de Grimm dans lequel un jeune homme est engagé pour combattre les rats qui ont envahi la bonne ville de Hamelin. Il y arrive en jouant d’une flûte quelque peu magique qui entraine les rats à le suivre jusqu’à la Weser (la rivière qui traverse la ville) où ils se précipitent tous à l’eau, l’un derrière l’autre, et se noient. Le jeune homme demande donc aux édiles de la ville la rémunération de son travail réussi mais ils le lui refusent. Un jour qu’ils sont tous à la messe, le joueur de flute reprend son instrument et parcourant les rues de la ville, il rassemble tous les enfants et les conduits à la Weser.

Plus que la baisse du chômage annoncée hier, l’ensemble des signaux économiques sont positifs au premier trimestre de 2016. Le journal des Échos met notamment en exergue, dans son édition d’aujourd’hui, l’amélioration de la situation des entreprises. Si la reprise s’annonçait déjà en 2015, elle semble donc se confirmer cette année, ce qui doit laisser place à l’optimisme !

Karine Daniel, la candidate du Parti socialiste, a gagné hier l’élection législative partielle qui se tenait dans la 3ème circonscription de Loire-Atlantique. En remportant 55,4% des voix au deuxième tour face à son opposant, Matthieu Annereau (LR, UDI, MoDem), elle reprend le siège de député de Jean-Marc Ayrault, laissé vacant depuis le départ de ce dernier au Quai d’Orsay.

Le 51ème congrès de la CGT, qui se tenait toute la semaine à Marseille, se termine aujourd’hui. Ce rendez-vous, qui regroupe tous les trois ans plus de mille délégués de la confédération syndicale, devait permettre de rassembler des troupes divisées après l’affaire Lepaon, qui avait entamé la confiance des militants à l’égard du bureau confédéral.

Selon un dossier paru récemment dans Les Échos, les Français sont de plus en plus nombreux à s’expatrier. Depuis 2006, le nombre de Français partis s’installer à l’étranger a augmenté de plus de 40%. En 2015, on comptabilise désormais 1,7 millions de Français établis hors de France, chiffre fortement sous-évalué, dans la mesure où l’inscription sur les listes consulaires n’est pas obligatoire.

Nous pouvons nous réjouir de l’examen au Parlement, dès le mois de mai, du projet de loi relatif à la transparence, à la lutte contre la corruption, et à la modernisation de la vie économique. Plus de vingt ans après les progrès introduits par la loi Sapin de 1993 en matière de corruption, et l’adoption des lois d’octobre et de décembre 2013 visant, respectivement, à garantir la transparence de la vie publique et à prévenir la grande délinquance économique et financière, ce texte prévoit d’ambitieuses réformes, et ce pour le mieux.