M. Vaclav Klaus est le président de la République tchèque. C’est un ultra libéral et, comme souvent ces gens là, c’est un anti européen passionné. Il n’aime pas le Traité de Lisbonne (c’est son droit) et refuse de signer l’acte de ratification malgré l’accord du gouvernement tchèque et des deux chambres du parlement, ce qui montre aussi que ce n’est pas un grand démocrate.

Je suis de retour de 4 jours à Berlin. La situation économique et financière n'est pas fondamentalement meilleure, en termes de croissance, d'inflation et de chômage que celle de la France mais l'Allemagne garde sa puissance d'exportations (excédent de la balance commerciale prévu pour 2009 : 150 milliards d'euros au lieu des 200 habituels).