hémicycle

L’actualité du parlement – Sénat et Assemblée nationale – est particulièrement riche. La réforme constitutionnelle du 23 juillet 2008 en a accéléré le rythme. Le gouvernement ne nous laisse pas le temps de débattre sereinement et nous restreint souvent au rôle de chambre d’enregistrement, comme l’a montré l’exemple de la loi sur les retraites. Un bémol cependant, il fait trainer certains textes afin de leur assurer une certaine couverture médiatique, c’est le cas notamment des lois relatives à la sécurité, ainsi que celles relatives à l’immigration.

Cette course perpétuelle n’empêche pas d’avoir envie de commenter cette actualité parlementaire agitée, vous trouverez ici mes articles sur ce point.

Hier, jeudi 21 octobre, a été marqué essentiellement par le coup de force de l’UMP faisant jouer l’article 44.3 qui supprime toute discussion sur les amendements sauf ceux retenus par le gouvernement. On sentait l’affaire venir puisque la veille, M. Guéant, le vice-président non élu de notre République avait fait part de son agacement devant la lenteur des débats au Sénat. Il fallait donc s’exécuter, et vite.

Aujourd’hui Martine Aubry vient à la réunion du groupe PS au Sénat. C’est parce que cet après-midi commence la discussion du projet de loi sur les retraites et qu’elle veut bien le cadrer politiquement. Elle insiste sur le fait qu’il faut se battre « propositions » contre « projet UMP » et ne pas se contenter de la dénonciation et de la critique.