Nos amis de l’île Maurice connaissent ce personnage d’exception qu’est Malcolm de Chazal, écrivain et peintre mauricien mort en 1981.

Malcom de ChazalConnu pour son livre « Sens- Plastique » (1948), aphorismes et pensées un peu à la Rochefoucault d’inspiration mystique et occultiste. Admiré par Jean Paulhan et beaucoup d’autres. Malgré les appels, il refuse de quitter Maurice tout en en critiquant la vie petit-bourgeois et étriquée. Il publie ensuite Petrusmok, île idéale qu’il façonne à son goût. Il se lance ensuite dans la peinture qui deviendra son mode d’expression favori. Bernard Violet vient de publier les entretiens qu’il a réalisés avec lui pour la radio mauricienne en 1969, parfois difficiles car l’homme est de caractère erratique, sur sa philosophie et sur son art. Même si on a parfois du mal à le suivre dans des délires mystiques, il reste un des grands auteurs francophones de Maurice avec Le Clezio et tant d’autres.

Commentaires   

#2 BERNARD VIOLET 03-10-2012 08:02
Monsieur le Sénateur,

Je découvre avec beaucoup de retard les passages de votre blog dédiés à Malcolm de Chazal. Et par là même aux aimables lignes consacrés à mes entretiens radiophoniques que j'ai réalisés en 1969 avec le génial auteur mauricien.
Des entretiens enregistrés dans l'enceinte de la MBC, avec l'aimable autorisation de son directeur, M. Jean Delaître, mais destinés à France Culture qui les diffusera d'avril à juillet 1971. Puis sous la forme d'une évocation - avec de nombreux témoignages - à travers 6 émissions de 30mn chacune, en janvier et février 1975. Ces entretiens ont également été diffusés sur les ondes de Radio Canada et Radio Sénégal, avant de faire l'objet d'une publication aux éditions L'Ether Vague, en 1994, puis dans une version augmentée aux éditions Philippe Rey, à l'automne 2011. C'est d'ailleurs pour saluer cette dernière parution - ainsi qu'un essai consacré au personnage Malcolm de Chazal -, que JMG LE CLÉZIO a rédigé un très bel article dans Le Monde des Livres le 7 octobre 2011.
Pour le reste - c'est à dire les remarques désobligeantes, voire d'une grande malhonnêteté intellectuelle du singulier président de la Fondation Chazal, hélas devenue au fil des ans la Fondation Furlong -, je m'en tiendrai à la formule bien connue: tout ce qui est excessif est insignifiant...
En vous remerciant pour l'attention que vous voudrez bien porter à ces commentaires, je vous prie de croire, Monsieur le Sénateur, à l'assurance de mes sentiments résolument chazaliens.
Bernard VIOLET
bviolet@noos.fr
#1 Robert Furlong 11-01-2012 09:49
Bonjour, Sénateur.
Merci d'avoir inclus dans votre blog une notice sur Malcolm de Chazal dont je préside la Fondation Malcolm de Chazal créée par l'état mauricien en l'honneur du grand artiste qu'il fut. Nous avons failli nous rencontrer lors de l'affaire du Consulat de France à Maurice car j'ai fait partie aux côtés de Thierry de Commarmond de la ligne de front refusant cette vente.
Je me permets de réagir à votre présentation de Chazal pour ce qui concerne Bernard Violet. Celui-ci a en effet enregistré ses entretiens avec Malcolm de Chazal, mais ces enregistrements n'ont jamais été pour la radio mauricienne avec laquelle Bernard Violet ne collaborait pas. Il s'agissait d'enregistremen ts personnels dont M. Violet a fait usage dans deux de ses livres, l'un publié en 1994 et l'autre en 2012.
En vous remerciant pour l'attention que vous accorderez à cette mise-au-point, je vous prie de bien vouloir agréer, mes salutations.
Robert FURLONG
Président,
Fondation Malcolm de Chazal
presidence.chazfund@intnet.mu
chazfund@intnet.mu