Urne Chaque élection est intéressante, de la désignation des candidats aux premiers jours d’exercice des vainqueurs. D’un pays à l’autre, l’offre politique et les habitudes électorales des électeurs varient. Vous trouverez ici mes articles sur les élections.

12 à 10 au rugby, 48 jours pour le tour du monde à la voile, 21 régions à une : trois grands chelems en un weekend, c’est revigorant ! À la suite du scrutin du 14 mars, 12 triangulaires avec le Front national, une avec le Modem, une quadrangulaire avec les autonomistes corses, 8 duels gauche-droite étaient à gagner. Les résultats vous les connaissez :

Chers camarades, Je suis surpris de l’atonie du forum de la FFE sur les régionales. C’est pourtant un vote important : les régions interviennent fortement dans les transports régionaux, les lycées, l’économie, ... et la gestion des régions par les socialistes et la gauche permet de contrebalancer (en partie) la casse sociale de l’UMP. Le résultat de dimanche soir n’est donc pas indifférent pour la vie de millions de Français, surtout à revenus modestes.

Ce très bon résultat pour le PS (30%) au premier tour des régionales, ce score de plus de 50% pour la gauche, pour la première fois, sous la Vème République sont à saluer après les résultats mauvais des derniers scrutins et les polémiques internes qui suivent toujours les échecs. Ne boudons donc pas notre plaisir mais brièvement car il faut surtout préparer et gagner le deuxième tour, le 21 mars. Pour cela il nous faut négocier avec nos partenaires de la gauche, Europe Ecologie et le Front de gauche.

La campagne régionale en Île-de-France prend mauvaise allure avec les attaques mensongères, racistes et ad hominem contre le candidat tête de liste du PS dans le Val-d’Oise – Ali Soumaré – même si aujourd’hui ces attaques fomentées par l’UMP lui reviennent brutalement comme un boomerang et accélèrent sa perte d’influence. Cela entraine le cortège habituel de règlements de comptes internes.

C’était le sujet de ce week-end avec le congrès du Modem à Arras où François Bayrou prône une large alliance de la gauche socialiste, des Verts et des centristes auxquels pourraient s’ajouter quelques gaullistes en rupture de ban. Plus important, il y a rendu public les grandes orientations de son programme politique : pour une partie, trop général pour marquer les différences gauche-droite (développement durable, contrôle des finances publiques, limite à l’endettement, …) et, sur certains points, plus proche de nos idées: sur les questions de société, sur l’immigration, sur l’Europe. Un débat à mener avec le Modem pour clarifier les positions des uns et des autres.