Je vais vous surprendre, mais l’hypothèse DSK étant out, j’aurais volontiers voté Montebourg parce qu’il est jeune, talentueux et courageux. Et je me dis que la fonction d’une primaire, s’il n’y a pas de candidat qui s’impose, c’est précisément de faire sortir du chapeau un candidat nouveau, neuf, peu connu mais ayant les qualités évoquées ci dessus comme ce fut le cas pour Obama.

Votez pour la démondialisation !Encore faut-il que l’on puisse suivre l’essentiel des idées défendues par le candidat. Le précédent livre de Montebourg m’avait plu car il y reprenait les formes de l’économie sociale (SCOP, coopératives, ...) comme alternatives à la propriété privée des moyens de production.

Malheureusement, son dernier livre (« Votez pour la démondialisation ! » Flammarion, 2€) est très faible. Les cinq premiers chapitres sont ceux du bilan et de l’analyse : l’évolution du capitalisme depuis trente ans vers un capitalisme financier (déjà décrit par Marx comme forme ultime du système) qui tend à accroitre en permanence la rémunération du capital au détriment des salaires, engendrant la chute de la demande, une fiscalité favorable aux nantis et aux entreprises, de « faux » déficits budgétaires, la suppression et/ou la privatisation des services publics.

Sauf les aveugles du libéralisme, nous partageons tous, je pense, cette vue de la société contemporaine. Ce qui pose problème chez Montebourg, ce sont les solutions. Il en propose 17 qui sont soit des lieux communs, soit des vœux pieux et de l’eau tiède. Quelques exemples : « mettre la convergence fiscale et sociale à l’agenda immédiat de l’union » (proposition 14), « doter l’UE d’un véritable budget communautaire » (proposition 15), « création de quatre taxes » (taxe carbone extérieure, intérieure, taxe sur le transport maritime, taxe financière), « politiser le droit européen de la concurrence pour constituer des champions » (proposition 13), ...

Je ne suis pas hostile à ce que l’union se dote d’une certaine protection économique et écologique à ses frontières extérieures. Nous avons tous qu’il faut développer le budget et les ressources de l’Union, qu’il faut une politique de convergence fiscale et sociale. La vraie difficulté est de trouver des alliés, parmi les 27, pour ce faire : de cela Montebourg ne dit mot. C’est une grande faiblesse et une grande déception.

Commentaires   

#8 Rémy Bole-Richard 11-10-2011 12:51
Cher Richard,
Je relis ton article 4 mois après avec plaisir au vu des résultats de notre premier tour des primaires. Je suis d'accord avec le camarade Stéphane Menant, et le candidat qui "proposera la révolution des idées pour une révolution économique pour une mutation profonde des échanges commerciaux et financiers" a eu ma voix. Je pensais appartenir à une petite minorité de 6 à 7% et ma grande et merveilleuse surprise est de voir que nous sommes 17%. J'espère que nos deux candidats restant en tiendront compte, sinon ce serait à désespérer de la démocratie et du PS!...
#7 Stéphane Menant 13-06-2011 21:18
Cher Richard,
Je partage le sentiment du camarade Petel.
Il faut un commencement à tout. A moins que ce soit un point d'arrêt: le courage de dire stop, nous nous sommes trompés, nous vous avons trompés, nous allons recommencé, mais dans la bonne direction.
Alors il faut que quelqu'un le dise, et je préfèrerai que ce soit un socialiste.
Sinon demain nous aurons le totalitarisme à notre porte, car les peuples ne trouvant pas d'écho à leurs craintes fondées de l'avenir, ils se réfugieront dans le nationalisme (regardez bien, cela a déjà commencé). Alors la révolution rouge ou brune, ou du courage maintenant (car après, il en faudra également...)? Le candidat qui proposera la révolution des idées pour une révolution économique pour une mutation profonde des échanges commerciaux et financiers aura ma voix.
#6 magicgarden 13-06-2011 13:17
comparer Montebourg a Obama, quel toupet :-D)) haha
#5 nanoth 13-06-2011 10:40
Social-démocrat e à la scandinave,j'ai du mal à suivre les "solutions"préc onisées par Mondebourg qui me rappellent le "Programme Commun" de 1981 et qui ont résisté 18 mois seulement à l'épreuve des faits!Faut-il rappeler que la France est le seul pays européen à refuser l'économie de marché et que notre poids en Europe et dans le monde est "limité"?
Du réalisme,camara des!
#4 petel 12-06-2011 21:13
Cher camarade
Monsieur le sénateur
Depuis 10 ans d'un parcours à la Commission Européenne, en toute modestie, je reste fatigué voir épuisé des discours macroéconomique s et de la felicité du libre-échange. La Commission n'a eu de cesse de vanter les merites de la libre circulation sur les marchés. Je ne me prononce pas dans le domaine industriel et des technologies, mais un domaine très agricole, je ne peux plus "manger" à ce stade ce genre de vision liberale. Alors le futur candidat socialiste, je ne lui demande pas de résoudre l'équation dans un mandat, je lui demande d'arrêter de bénir ces discours surfaits.
Mais je conçois bien que la tâche sera dure et qu'il n'y aura pas forcèment de résultat immédiat. Cela ne me génera pas d'avoir à négocier et d'être obligé d'aboutir à un compromis dans une Union à 27. C'est la realité de l'Europe, mais oser au départ un point de vue different et argumenté oui
#3 Camarade 12-06-2011 10:34
Monsieur le sénateur,
cher camarade,
il y aurait bcp à répondre à votre billet assez balancé. Pour être bref, il est difficile de regretter des propositions faibles et de se tounrer ensuite vers les autres candidats "officiels". Un dtéail toutefois, la question des alliés dans l'union est centrale et il est agréable de vous lire dès lors que vous allez au fond du problème (à un moment où beaucoup se contentent de caricaturer): le coeur du défi se trouve dans une discussion stratégique avec l'Allemagne (70% du projet du PS est d'ailleurs subordonné à un résultat favorable des élections générale de 2013...).
A discuter naturellement mais merci de votre billet,
un camarade qui soutient Montebourg.
#2 rimbus 12-06-2011 10:22
Cher monsieur, je suis ravi de voir que comme moi, vous avez une bonne opinion d'Arnaud Montebourg.
Vos divergences évoquées dans ce billet méritent d'être discutées avec lui. Rejoignez notre mouvement, et apportez vos propres solutions, ensemble nous construirons la nouvelle France, si vous le voulez.
Bien à vous.
#1 Graoum 12-06-2011 10:10
Monsieur le Sénateur, cher camarade,

Avez vous lu le dernier chapitre "la démondialisatio n passe par l'Allemagne" ? Il répond en grande partie à votre question sur les alliés à trouver parmi les 27.

N'hésitez pas à regarder la réponse d'Arnaud dans cette vidéo vers 3minutes 40 secondes.

http://www.dailymotion.com/video/xh4p2e_bfmtv2012-arnaud-montebourg-face-a-christian-saint-etienne_news

Bonne journée à vous,