J’ai regroupé, ici, mes articles de blog concernant l’international.

L’Assemblée nationale a débattu ce vendredi 28 octobre 2014 une proposition de résolution portant sur la reconnaissance de l’État de Palestine. Rappelons qu’il s’agit là d’une initiative parlementaire non-contraignante pour le gouvernement qui reste le seul à pouvoir officiellement reconnaitre l’État de Palestine. Il n’en demeure pas moins que ce texte constitue un acte symbolique fort et marque une étape décisive qui vient couronner le long cheminement de la France vers la reconnaissance officielle de la Palestine aux côtés d’Israël, position exprimée avec courage par François Mitterrand lors de son discours devant la Knesset en 1982 et qui s’est déjà concrétisée par le vote favorable de la France à l’adhésion de la Palestine à l’UNESCO en 2011 et à la résolution 67/19 du 29 novembre 2012 de l’Assemblée générale de l’ONU qui accorde à la Palestine le statut d’État observateur non-membre auprès de l’ONU.

« Vous avez eu à choisir entre la guerre et le déshonneur ; vous avez choisi le déshonneur, vous aurez la guerre ». À l’heure où la Russie provoque une fois de plus l’UE et l’OTAN en bafouant ouvertement la souveraineté du territoire ukrainien, non seulement par une intervention terrestre militaire qui ne fait plus aucun doute, mais aussi par son appel à un « statut étatique » pour les régions de l’est de l’Ukraine, nos dirigeants occidentaux devraient méditer cette formule de Churchill adressée au Premier ministre britannique Neville Chamberlain après la signature des accords de Munich.