C’est toujours un cas de conscience de recevoir ces chefs d’État autoritaires, dictateurs parfois mais toujours en rupture avec la démocratie et les droits de l’homme.

Le maréchal al-Sissi, est en visite officielle à Paris avec tout le tralala nécessaire.

Bien sûr, c’est le chef de l’État le plus peuplé et le plus important du monde arabe et de la région. C’est aussi le responsable que la France, l’Europe et les pays du monde dit libre ont été bien contents de voir remplacer Morsi, le chef des Frères musulmans élu. Nous sommes dans le même cas de figure que le renversement du FIS par l’armée algérienne en 1992. C’est dire que le respect de la démocratie et des libertés publiques est relatif.

Mais en même temps (!), il est normal que nous soyons vigilants vis à vis du danger intégriste et des doctrines wahhabites ou proches de celle-ci. Ils ne sont pas eux-mêmes des parangons de respect des libertés.

Reste que l’on peut se demander légitimement s’il ne serait pas possible d’obtenir le même résultat sans des arrestations arbitraires, la violence policière, la justice corrompue. J’espère en tous cas que le Président Macron aura évoqué le sujet avec son invité.

Ajouter un Commentaire