politique

Agitation à droite et préparation de notre contre-attaque à gauche, l’actualité politique ne manque pas de piquant.

Vous trouverez ici mes articles sur ce point.

Ce matin 12 septembre, j’étais au Conseil national du PS à la Mutualité, vieille dame digne, aimée de la gauche mais qui a besoin d’un lifting. Cela fait 25 ans que je participe à ces réunions, en apparence inutiles et mal organisées, mais qui répondent à des rituels très précis. Ainsi la tribune est toujours soigneusement composée de façon à ce que toutes les motions y soient représentées ainsi que la parité hommes-femmes (c’est bien la seule occasion).

Plusieurs associations de défense des droits des étrangers, dont Amoureux au ban public, la CIMADE, la Ligue des droits de l’homme, le GISTI, RESF, le MRAP, SOS Racisme, la FASTI, l’ARDHIS et le Secours catholique, ont publié un communiqué de presse le mercredi 22 juillet, suite à l’annonce par Eric Besson, ministre de l’immigration, de l’intégration et de l’identité nationale, de la mise en place d’un groupe de travail chargé de faire des propositions pour renforcer la lutte contre les mariages de complaisances.

Il a mis longtemps à réagir à la crise, pour une fois… Il s’y est même pris à deux fois : un discours de chauffe à l’ONU puis un autre, jeudi dernier, à Toulon. Contredisant ses habitudes d’interventionnisme médiatique intempestif, Nicolas Sarkozy réclamait du temps pour un sujet sérieux. Mais pour nous dire quoi finalement ? Malheureusement, pas grand-chose…

Le remaniement ministériel annoncé hier soir laisse perplexe. J’avais cru comprendre qu’il devait montrer comment Nicolas Sarkozy prenait en compte les résultats, plutôt médiocres des élections municipales et cantonales. Ce qui aurait dû se traduire, me semblait-il, par un effort particulier dirigé vers le pouvoir d’achat, la fiscalité, le logement .... Or nous voyons apparaître dans notre ciel ministériel, outre M. Jégo comme nouveau Secrétaire d’État à l’outre-mer, un Secrétaire d’État à la famille, un au développement de la région capitale, un à l’aménagement du territoire et un à l’économie numérique, tous sujets éminemment respectables mais qui ne semblent pas au cœur des préoccupations actuelles des Français.