Depuis la sèche réprimande de Manuel Valls mi-janvier, au président de l’Observatoire de la laïcité, M. Jean-Louis Bianco, la gauche se déchire entre différentes conceptions de la laïcité.

LaïcitéLors d’une conférence devant les Amis du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), le Premier ministre a accusé Monsieur Bianco de « dénaturer la réalité » de la laïcité, critiquant la signature d’une tribune écrite au lendemain des attentats du 13 novembre par le collectif Coexister, car cette dernière avait également été signée par des personnalités réputées proches des Frères Musulmans. La réaction sur Twitter du rapporteur général de l’Observatoire, Nicolas Cadène, après l’interview d’Élisabeth Badinter sur France Inter, a également contribué à faire enfler la polémique, et c’est désormais la gauche toute entière qui s’enflamme sur ce sujet si longuement évité.

Ce sont bien deux tendances historiques qui, depuis la loi de 1905, s’affrontent au sein de la gauche :

  • une laïcité stricte, sévère, rigoureuse, finalement très IIIème République, incarnée par la figure d’Émile Combes et reprise ces dernières semaines par le Premier ministre
  • une laïcité qui organise la coexistence des religieux et des pensées, ouverte, tolérante, telle que défendue par Clémenceau et par Jean-Louis Bianco aujourd’hui

Je souhaite prendre parti pour la seconde. Comme le clame haut et fort Jean-Louis Bianco depuis des années, la laïcité se résume à deux principes juridiques qui permettent d’organiser la vie en société : la neutralité de l’État à l’égard des cultes, et la liberté de conscience et de religion dont doivent jouir tous les citoyens dans le respect de l’ordre public. Cette définition me parait parfaitement claire. Nous n’avons pas à confondre État laïc et société laïcisée. La laïcité ne peut être le prétexte d’une lutte antireligieuse. L’espace public n’a pas pour vocation d’être neutre. Il est le lieu de la rencontre d’opinions divergentes, foyer même de la démocratie.

De plus, après les attentats de novembre dernier, les élections régionales qui ont suivi, ainsi que le virulent débat sur la déchéance de nationalité des binationaux, il me semble que la priorité soit à l’unité et non pas à la division. Comme l’a si bien dit Bernard Cazeneuve, il ne s’agit non pas de « durcir la laïcité », mais bien de « l’affirmer » ! Pourquoi alors, défendre une vision répressive, et réductrice de cette dernière, contraire à la philosophie des grands penseurs de la loi de séparation ? La laïcité est pourtant un principe déjà profondément ancré dans la mentalité de la majorité des citoyens. Il est  donc inutile d’en prôner une forme renforcée, et contre-productif de multiplier les interdits.

Commentaires   

#10 Herve Lejeune 01-02-2016 09:40
" la neutralité de l’État à l’égard des cultes, et la liberté de conscience et de religion dont doivent jouir tous les citoyens dans le respect de l’ordre public. Cette définition me parait parfaitement claire. Nous n’avons pas à confondre État laïc et société laïcisée. La laïcité ne peut être le prétexte d’une lutte antireligieuse. L’espace public n’a pas pour vocation d’être neutre. Il est le lieu de la rencontre d’opinions divergentes, foyer même de la démocratie."

En clair, on ne peut pas empecher des femmes de se voiler dans l'espace public, au nom de la tolerance et de la liberte. Pourquoi pas? Mais dans ce cas on doit, au nom de la meme liberte, avoir le droit de critiquer l'islam et son prophete, critiquer et meme caricaturer ce meme prophete, sans subir les manifestations delirantes de masses excitees et les fatwas ou autres condamnations a mort. La liberte ne se decoupe pas en tranches.
#9 David 31-01-2016 09:20
Je suis a la fois d'accord et pas d'accord.
La loi a ete ecrite in y a plus de 100 ans. A l'epoque il n'y avait pas d'ideologie religieuse totalitaire et envahisseuse qui va a l'encontre de tous les principes que nous tenons chers. La Laicite c'est un peu comme la liberte d'expression, temps qu'elle n'est pas remise en cause et/ou menacee, il n'y a pas lieu de faire quoi que ce soit de special. Les temps ont malheureusement changes et il est probablement temps de prendre des mesures qui protegent la laicite et tous les principes fondamentaux de notre republique avant qu'il ne soit trop tard. Quoi faire? je le laisse aux politiques. Mais une chose est sure: ca presse !
#8 Michel KREISS 30-01-2016 07:33
Chaque religion est représentée par des modérés, soucieux de suivre les lois de la République, et par des doctrinaires, sectaires et "tutti quanti" qui, souvent, utilisent leurs religions comme tremplin idéologique d'une croisade quelconque. Ceux ci avancent masqué. Donc les démasquer, les contrer, sans faille ni états d'âmes. des états d'âmes, eux, ils n'en ont pas.
Micha.
#7 Epaka Michael 29-01-2016 17:20
Mais si la gauche abandonne ses principes fondateurs pour un "sécuritarisme" paranoiaque, nourri par une peur diffuse de l'autre et du lendemain ou bien les dénature au nom d'un prétendu réalisme socio/économiqu e ou sous prétexte d'un contexte conflictuel en réalité inhérent à toute société humaine, cet "abject fascisme" n'a t'il pas déjà gagné?
#6 LESIMPLE Francis 29-01-2016 14:14
ce qui est moderne ne doit pas être synonyme de renoncement et de capitulation devant les forces de l'obscurantisme , les français se sont battus pendant des siècles, avec l'appui des philosophes des lumières pour évincer l'absolutisme de Rome, ce n'est pas pour capituler devant les fanatiques d'une religion de criminels, tout en reconnaissant que la majorité des peuples sot pacifiques.
#5 Lecorps Michel 29-01-2016 10:08
Totalement en désaccord !
Si la gauche se noie dans les bons sentiments et des principes désuets dans le contexte de cette guerre, l'abject fascisme l'emportera.
#4 CLAUDE BRIGUET 29-01-2016 09:51
Monsieur ,

Merci pour ce texte réconfortant en cette période difficile.
#3 BALLOT Aoûtin 28-01-2016 16:26
Entièrement d'accord avec toi, Richard.
Amitiés et bon courage.
#2 Bousnina 28-01-2016 14:25
Je suis tout à fait d'accord avec toi et déplore cette tendance qui finalement transforme la laïcité en une idéologie autoritaire alors qu'elle est faite pour assurer la liberté.
#1 grignon 28-01-2016 13:33
une religion qui traite les femmes moins qu une vache, qui les habille en zombie, qui les mutile, qui autorise qu on les batte, qui marie des enfants de 12 ans et des fois moins, qui les prive de liberté, qui autorise la bigamie jusqu a 4 femmes ce que la France hypocritement a accepte via les alloc, et qui autorise l esclavage Alors non Monsieur je ne tolère pas ca;Et quand on a une ministre de la republique qui la ferme et baisse les yeux devant un islamiste qui ne serre pas les mains des femmes et ne condamne pas EI en FRANCE je trouve ca lamentable je suis une femme et je suis aussi pure q un homme.