Un Congrès pour rien, c’est le sentiment qu’on a après la tenue du congrès du Parti communiste français ce weekend.

37e congrès du PCFLa ligne confuse, obtuse, hostile à tout du PCF l’a amené en 20 ans à ce qu’il est : un parti qui ne pèse plus nationalement, qui a des places fortes locales et qui recueille environ 5% des suffrages. La rupture avec le PS lui donnera l’estocade puisqu’il perdra la plus grande partie des villes, départements et parlementaires qu’il conservait grâce à des listes ou des candidatures d’union.

La stratégie votée à 70% dimanche est d’abord l’hostilité à François Hollande et au PS. Refus de primaire, refus de discuter les propositions avec nous. À la place, curieusement, l’idée est de créer un « Front populaire » avec le parti de Mélenchon, les Verts « de gauche », les socialistes qui ont voté la motion de censure et autres frondeurs, mais sans le PS. Discussion des propositions et vote en octobre, puis primaire en fin d’année. Mais là encore, sans Hollande et pas de soutien à Mélenchon. On est ouvert mais seulement au candidat communiste. Avec Pierre Laurent, c’est gagné ! Au moins l’époque du Front populaire et de programme commun, les communistes avaient une stratégie claire.

Je ne me réjouis pas de tels errements qui, comme ceux d’une partie des écologistes, divisent la gauche et créent les conditions d’une victoire de la droite voir de l’extrême-droite.

François Ruffin, auteur du film « Merci patron ! », qu’on a connu mieux inspiré, appelle sur deux pages dans le Libération de ce matin à voter contre les socialistes même au deuxième tour.
Voir des personnes dites de gauche préférer la victoire de Sarkozy, voire de Le Pen, c’est un choc !

Commentaires   

#2 Olivier 10-10-2016 05:32
Pas sûr que le PS puisse s'enorgueillir d'une meilleure situation que les communistes. "Regarde la poutre dans ton œil avant de montrer la paille dans l'œil de ton voisin" une maxime si peu laicarde qui ne perds pas de sa véracité. Le PS a abandonné les classes moyennes lors de ce quinquennat, dans 6 mois la déroute sera de taille et ne sera que justice compte tenu de vos compromissions avec la haute finance, vos guerres iniques et votre mépris de la nation
#1 Marchand 16-06-2016 11:11
Votre dernier commentaire se justifierait seulement si le PS de Hollande était un parti de gauche. Mais sa trahison des idéaux humanistes depuis Valls et le surtout depuis le petit Macron, téléchargé de Rothschild & Co., ferait se retourner Jaurès dans sa tombe.
On voit cela aussi en Belgique: des politiciens très en verve injectés dans le monde politique par les nébuleuses affairistes, habituées compulsives des paradis fiscaux, distillent sournoisement le dogme du "TINA" économique, malgré l'évasion fiscale abyssale pratiquée par les riches et multinationales . Mais le gouvernement belge est notoirement de droite, lui. Ce qui arrive au P.S. français est juste la récompense de sa politique d'ultra-droite: faire payer les pauvres pour ne pas indisposer les riches.
Serviteur.