Première observation : être en tête avec 24% des suffrages exprimés, c’est un plaisir qui ne se boude pas. Les grands partis traditionnels renvoyés et un PS à 6%, ce sont des faits plus qu’électoraux. C’est la remise en cause du système politique français tel qu’il fonctionne depuis 60 ans.

premier tourQuelques questions :

Pourquoi Jean-Luc Mélenchon refuse-t-il de donner sa position sur le 2ème tour de la présidentielle ?

On comprend qu’il déteste Emmanuel Macron et sa ligne : il ne peut le soutenir. Il ne peut ouvertement dire qu’il voterait pour Marine Le Pen. Il sait que cela pourrait aliéner un certain nombre de ceux qui ont voté pour lui. Que cela heurte fortement son « partenaire », le PCF, pour qui aucune compromission avec l’extrême-droite n’est possible. Mais une position ambiguë lui permet à la fois d’exprimer son refus de Macron et de laisser entendre qu’il y a des points dans les positions de Marine Le Pen avec lesquels il peut être d’accord : sortie de l’euro, de l’Union européenne, fermeture des frontières, rejet de la classe politique, rapprochement avec la Russie et la Syrie...

Il prépare ainsi l’avenir puisque son premier objectif était d’abattre le PS son adversaire principal. C’est en partie atteint. Mais il faut aller plus loin.
Sur ces ruines fumantes, il souhaite construire un parti regroupant l’extrême gauche, des écologistes, des socialistes frondeurs... une variante française de Podemos ou de Syriza, voire du Labour trotskyste de Corbyn.

Ceci ne peut être le choix stratégique du PS. Celui-ci doit s’exprimer clairement sur le vote pour Macron, et il le fait sauf quelques-uns qui finassent en pensant à l’abstention ou vote blanc.

Mais le PS doit aller plus loin en indiquant aussi qu’il souhaite prendre sa place dans la nouvelle majorité parlementaire. C’est comme cela qu’il pourra peser sur les choix, sur les décisions et faire en sorte que cette majorité incarne pleinement les valeurs sociales, socialistes qui sont les nôtres.

Commentaires   

#4 Fwad HASNAOUI 30-04-2017 15:53
Droits dans nos babouches nous sommes et resterons socialistes.
Il est vrai que le mouvement EM suscite quelques confusions (réfère les commentaires à ce sujet).
En tout cas, espérons de tout cœur et de toutes nos forces qu'il n'y aura pas d'attentat terroriste en France d'ici le 7 mai.
Sinon, tout s'écroule et notre démocratie sera en péril.
#3 Jordi GRAU 28-04-2017 09:54
Monsieur le sénateur,

Il existe encore une autre explication du silence de Mélenchon : il ne veut pas prendre le risque de se mettre à dos son mouvement, la France insoumise. J'ai suivi des discussions sur plusieurs forums internets (sur Mediapart et sur Arrêt sur image, notamment) et je peux vous dire que beaucoup des militants de ce mouvement supporteraient mal que Mélenchon leur impose une consigne de vote. Il faut dire que ce mouvement est très divisé à ce sujet. La grande majorité exclut de voter Le Pen. Je pense même que la grande majorité considère qu'une victoire du FN serait le pire des maux. Mais beaucoup des "insoumis" sont persuadés - à tort ou à raison - que Macron va forcément l'emporter, et ils préfèrent qu'il gagne avec 60 % de voix qu'avec 80 %. L'idée, c'est que Macron doit avoir le moins de légitimité possible. Je ne prétends pas que cette argumentation soit imparable, mais elle n'est pas absurde. Elle l'est d'autant plus que Macron lui-même a dit qu'il voulait qu'on vote pour lui par adhésion à son programme.

Une dernière chose : si jamais Le Pen était élue, il faudrait se demander qui serait le plus responsable. Il ne manquerait pas de gens, au PS, à LR ou à "En Marche", pour pointer du doigt les mélenchonistes abstantionniste s. Pour ma part, je crois que le succès du FN est principalement dû aux politiques menées depuis des décennies par le RPR-UMP, le PS et, plus récemment, Emmanuel Macron lui-même...

Cordialement,

Jordi Grau
#2 Jean-Claude Séché 28-04-2017 09:01
Cher Richard,
Prendre sa place, est-ce avoir d'abord ses propres candidats, ou s'entendre sur des candidats communs?
Certains ont préféré, avant le premier tour, annoncer à la presse qu'il voteront pour Macron.C'est le cas du député sortant de la circonscription du Benelux, parachuté par le PS en 2012. Exclu du PS sans doute?
Bien cordialement;
Jean-Claude
#1 William Tougeron 28-04-2017 08:30
Monsieur Yung, vous vous dites socialiste et vous vous réjouissez de la montée de Macron, le candidat des banques, populiste et vide de sens ?... Mais qu'est-ce que le peuple Français a à gagner s'il parvient au pouvoir ?