Un nouveau gouvernement qui bouscule les clivages traditionnels de la politique française. À vrai dire, cela avait été annoncé et il n’y a guère de surprise. Le Président de la République avait bien dit qu’il voulait faire « turbuler » le système.

Tout le petit monde des « anti » y va de sa petite musique. Mais si Éric Ciotti, Jean-Luc Mélenchon et Jean-Christophe Cambadélis (6% des suffrages exprimés) nous expliquent que c’est un gouvernement forcément temporaire, que la droite domine, que la gauche domine, que ce n’est qu’une façade cachant le vide, c’est que cela ne doit pas être si mauvais que ça. L’idée de rassembler des ministres d’origine et de sensibilité politique différente est au cœur de la démarche d’Emmanuel Macron

Sans avoir les yeux de Chimène, j’y vois une orientation très européenne, écologique, professionnelle. Il y a plusieurs chefs ou créateurs d’entreprises : excellente nouvelle.
Bercy et le budget ont des ministres ex Républicains : la feuille de route fiscale et budgétaire a été fixée par Emmanuel Macron pendant sa campagne présidentielle.

Les grincheux diront que le vrai scandale c’est qu’il n’y a pas de Secrétaire d’État aux Français à l’étranger. Reconnaissons que celui-ci était devenu progressivement une coquille vide, puis avait disparu sans que personne ne s’en aperçoive. Il n’avait guère aidé au maintien du réseau consulaire, aux écoles à l’étranger ou aux crédits sociaux.

Je me réjouis de voir une démarche nouvelle un changement si radical dans la politique française : j’espère que ce gouvernement rencontrera le succès sur le plan économique et qu’il rendra espoir aux Français. Voilà la vraie réponse au Front national.

TAGS:

Ajouter un Commentaire