Je retiens la forme, pédagogique comme toujours, claire et la réaffirmation de ses engagements de campagne. Cela parait normal mais c’est finalement assez rare.

Le décor : toujours ce Premier empire dont nos dirigeants ne peuvent se défaire avec dorures, moulures, lampes de bureau à abat-jour vert.

Toutefois la table derrière laquelle le Président est assis et fait face aux trois journalistes est en verre transparent. Notons la grande affiche « Liberté, Égalité, Fraternité » derrière lui, et provocation suprême pour l’ineffable Mélenchon, un drapeau européen à côté du drapeau français. Sur une table, à côté de livres, un de ces beaux galets peints en tricolore par les enfants en mémoire des victimes de Nice.

Explications sur les sujets qui fâchent :

  • La baisse de 5 € des APL pour laquelle il est demandé aux organismes bailleurs de participer en baissant les loyers du même ordre. Il faut savoir que les 800 organismes dont une trésorerie cumulée de 13 ou 14 milliards d’euros, utilisée souvent pour l’investissement mais parfois peu ou pas utilisée alors que la seule politique qui vaille, c’est de construire plus de logements.
  • Réforme de l’ISF devenant un Impôt sur fortune immobilière (IFI) vise à inciter ceux qui réussissent à investir dans l’économie et non dans des placements non productifs ou, pire, de partir à l’étranger.
  • La CSG sur les retraites : les 40% les plus modestes en sont exemptés, les 60% restants bénéficieront la suppression progressive de la taxe d’habitation (en trois ans) qui sera supérieure aux 1,7% de CSG.

Le premier chantier social est maintenant mis en œuvre avec la publication des décrets et des arrêtés sur le dialogue social, la simplification des organes de représentation, les prud’hommes.

Un second chantier s’ouvre avec l’apprentissage, la formation professionnelle l’assurance-chômage.

Le Président a été prudent, comme dans sa campagne, sur le temps nécessaire pour que toutes ces mesures et celles de relance de l’économie amènent la décroissance du chômage.

On peut ajouter le troisième volet, à venir, la réforme de l’entreprise, la reconnaissance de la contribution du travail avec l’intéressement des salariés, la taxation des contrats à durée limitée si trop utilisés et la directive sur les travailleurs détachés.

Au total, une soirée instructive qui ne m’a pas fait regretter d’avoir raté mon épisode hebdomadaire de Zorro du dimanche soir !

Ajouter un Commentaire