Drapeau européen

« La vieille Europe ; elle ne revivra jamais : La jeune Europe offre-t-elle plus de chances ? » Cette citation, pourtant ancienne, de Chateaubriand n’a jamais été aussi actuelle qu’aujourd’hui. Nous sommes à un moment clé où il faut prendre les bonnes décisions pour que l’Europe ambitieuse que nous appelons de nos vœux existe enfin.

Vous trouverez ici mes articles exposant ma vision de l’Europe.

Le Conseil européen des 29 et 30 octobre a abouti sur deux questions difficiles : le montant et la répartition de l’aide que l’Union accordera aux pays moins développés pour réduire les émissions de CO² (100 milliards d’euros) et la ratification du Traité de Lisbonne après avoir satisfait les demandes de M. Klaus.

M. Vaclav Klaus est le président de la République tchèque. C’est un ultra libéral et, comme souvent ces gens là, c’est un anti européen passionné. Il n’aime pas le Traité de Lisbonne (c’est son droit) et refuse de signer l’acte de ratification malgré l’accord du gouvernement tchèque et des deux chambres du parlement, ce qui montre aussi que ce n’est pas un grand démocrate.

Je suis de retour de 4 jours à Berlin. La situation économique et financière n'est pas fondamentalement meilleure, en termes de croissance, d'inflation et de chômage que celle de la France mais l'Allemagne garde sa puissance d'exportations (excédent de la balance commerciale prévu pour 2009 : 150 milliards d'euros au lieu des 200 habituels).