Drapeau européen

« La vieille Europe ; elle ne revivra jamais : La jeune Europe offre-t-elle plus de chances ? » Cette citation, pourtant ancienne, de Chateaubriand n’a jamais été aussi actuelle qu’aujourd’hui. Nous sommes à un moment clé où il faut prendre les bonnes décisions pour que l’Europe ambitieuse que nous appelons de nos vœux existe enfin.

Vous trouverez ici mes articles exposant ma vision de l’Europe.

Je dois d’abord dire que je suis impressionné par la qualité et la force de rebond économique du Royaume-Uni : croissance à 3-3,5%, réindustrialisation (par exemple d’un secteur automobile qui avait disparu), création d’emplois, sans parler de la City et de sa formidable capacité financière. S’ajoute à cela un poids remarquable dans ce qu’on appelle le « soft power » : la littérature, les programmes télévisions vendus dans le monde entier, la musique contemporaine, les ventes d’art…

Mercredi soir nous avons auditionné M. Valdis Dombrosvkis, Vice-président de la Commission européenne chargé des questions économiques et des budgets nationaux. À ce titre, il venait devant le Sénat expliquer comment la Commission européenne voit l’évolution de l’économie et du déficit budgétaire.