(Voir aussi l'article du JDD, Manifestation: Les travailleurs du sexe battent le pavé)

Vendredi 20 mars 2009, je me suis rendu sur invitation aux 3ème « Assises de la prostitution » à Paris, en compagnie de Mme Michèle André, Présidente de la délégation aux droits des femmes du Sénat.
Ces Assises organisées par des associations de défense des droits des prostituées ont été l’occasion de discuter du sujet compliqué qu’est la prostitution, d’aborder le thème de la prostitution choisie, et de réfléchir à la place des prostituées dans la société, à leurs droits, à leur statut.

Le 28 janvier 2009, j’avais écrit à Jacques BARROT, Vice-président de la Commission européenne pour lui indiquer que j’étais étonné que la réflexion sur la révision de la directive du 24 octobre 1995 relative à la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données ait été confiée à un groupe d’experts majoritairement composé de représentants de grandes entreprises américaines et de cabinets d’avocats basés aux Etats-Unis.

Dans sa réponse du 5 mars, Jacques Barrot m’indique ce groupe a été dissous et qu’il a « décidé de procéder à une large consultation qui intègre toute l’expertise relative à ces questions ».

Presque 2 ans après l’élection de Nicolas Sarkozy à la Présidence de la République, le parti socialiste dresse le bilan de toutes les mesures portant atteintes aux libertés prises par le Président de la République dans un livre noir « La France en libertés surveillées. La République en danger ».

Du 3 au 5 mars, le projet de loi pénitentiaire a été examiné au Sénat. Au nom du groupe socialiste, j'ai dénoncé, dans le cadre d’une question préalable, l'incompatibilité entre le projet de loi, qui vise à vider les prisons, et la politique pénale du gouvernement, qui est fondée sur le principe du « tout carcéral ».

Le 16 janvier, Éric Besson avait décidé d’assumer jusqu’au bout son virage idéologique en acceptant de devenir ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire. Six semaines plus tard, l’association RESF a fait un bilan avec un relevé des arrestations, placements en rétention de mineurs et d’adultes, menaces d’expulsion et expulsions exécutées qui sont survenues dans les 32 premiers jours du ministère emblématique de la Sarkozie sous la direction de l’ancien socialiste.

« cette France-là. 06.05.2007/30.06.2008 »
Volume 1, La Découverte, janvier 2009.

Le 6 mars 2009 sortira en librairie le premier volume d’une série de 4 ouvrages destinés à analyser et offrir un nouveau regard critique et complet sur la politique d’immigration menée par le Président de la République.

L’association « Cette France là » livre dans ce premier volume des témoignages et une analyse des premières mesures prises par Nicolas Sarkozy en matière d’immigration de mai 2007 à juin 2008.