finance

Vouant un intérêt particulier aux questions économiques depuis mes études et une expérience professionnelle dans le monde de la finance, je suis de près les dossiers économiques et financiers au sein de la commission des finances du Sénat. Je m’intéresse ainsi à la gouvernance économique européenne et mondiale, à la régulation bancaire et financière, au commerce extérieur, aux exportations et aux investissements français à l’étranger. Par ailleurs, je milite activement pour l’introduction de l’action de groupe en droit français.

Vous trouverez ici mes interventions dans le domaine de l’économie et des finances.

Nous venons de faire adopter au Sénat le projet de loi organique relative à la programmation et à la gouvernance des finances publiques quasiment à l’unanimité (320 voix contre 22, vote contre du PC). C’est un texte un peu difficile mais important car il organise les modalités de prévisions budgétaires sur 5 ans.

Je tiens à saluer l’exemplarité du projet de loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi dernier. Dans un contexte de grave crise économique et sociale, le gouvernement affiche sa détermination à mener une politique ambitieuse de rééquilibrage de nos comptes publics sans pour autant porter atteinte à la vitalité économique française et au pouvoir d’achat du plus grand nombre.

Le projet de loi de finances pour 2013 est tombé vendredi soir et les projets par ministère pendant le weekend. Chacun sait que le projet présenté par le gouvernement est très serré puisqu’il vise à diminuer le déficit de 37 milliards d’euros (au moins, sans doute plus si la croissance est en dessous des 0,8% prévus). L’effort porte pour 10 milliards sur les économies de dépenses publiques, pour 10 milliards sur la fiscalité des entreprises et pour 10 milliards sur celle des ménages.