Mains unies

Mon champs d’action ne se limite pas à celui de la commission des lois et de la commission des affaires européennes. J’interviens régulièrement sur la protection sociale des Français de l’étranger, et notamment sur la caisse des Français de l’étranger.

Par ailleurs, vivre à l’étranger permet d’avoir un autre regard sur la société et sur la façon dont la loi aborde les questions sociales. Je suis ainsi, au sein du Sénat, le défenseur des  droits des homosexuels expatriés, pour rappeler que leurs droits doivent aussi progresser en France et suivre le modèle de certains de nos pays voisins. Je m’intéresse également aux questions liées à la prostitution.

Vous trouverez ici mes interventions sur les questions sociales.

Hier, lors de l’examen du projet de loi sur la bioéthique au Sénat, le groupe socialiste a élargi l’assistance médicale à la procréation (AMP) en l’ouvrant « à tous les couples », donc de facto aux couples homoparentaux. Notre amendement a été voté de justesse et contre l’avis de Xavier BERTRAND. Le rapporteur M. Alain MILON a voté pour, à titre personnel.

Le Groupe Socialiste du Sénat communique

Bernard Cazeau, sénateur de la Dordogne, Raymonde Le Texier, sénatrice du Val d’Oise, Jean-Pierre Godefroy, sénateur de la Manche, et l’ensemble des sénateurs socialistes ont pris acte des regrets exprimés par Mme la secrétaire d’Etat à la santé après la polémique née de ses propos tenus la semaine dernière en Commission des affaires sociales. Comme elle l’a rectifié en séance, ce sont bien les comportements « à risques » qui doivent être pris en compte en tant que facteur d'exposition au VIH et non pas, évidemment, le fait d'être homosexuel.

Chaque victoire emportée par la France contre ses propres conservatismes est le résultat d'une confrontation. Lorsqu'il s'agit de prendre acte de l'évolution de notre société, les libertés à conquérir sont toujours précédées d'incompréhensions, d'inquiétudes et de prophéties menaçantes. C'est en répétant les choses avec obstination que les Français, et plus encore les Françaises, ont dissipé les doutes et obtenu le droit au divorce, puis le droit de disposer librement de leur corps, malgré tous les messagers de l'apocalypse qui s'y sont opposés.