journaux
Vous trouverez ici la dernière revue de presse réalisée par le Parti Socialiste et les coupures de presse relatives aux différents sujets que je suis.

Le 8 septembre dernier, ma collègue Claudine LEPAGE et moi-même avions fait part au ministre des affaires étrangères et européennes, M. Alain JUPPÉ, de notre inquiétude concernant le projet de déménagement du centre des archives diplomatiques de Nantes (CADN). D'après le quotidien Ouest-France et la Revue française de généalogie, les archives des postes diplomatiques et consulaires ne seront pas transférées vers le centre de la Courneuve. Je ne peux que me réjouir de cette sage décision.

D'après le Bulletin Quotidien du 7 octobre, le ministre des affaires étrangères, M. Alain JUPPE, s'est montré confiant sur la recherche d'une solution pour permettre aux Français établis au Canada de voter aux législatives de 2012, alors que ce pays refuse de se voir englober dans une circonscription étrangère. "Je pense qu'on trouvera une solution pour régler ce problème", a assuré le ministre à l'issue d'un entretien avec le Premier ministre québécois, M. Jean CHAREST. "Nous en parlons avec les autorités canadiennes, notre ambassadeur a entrepris un certain nombre de démarches", a-t-il ajouté, sans dire quelles pistes sont explorées pour trouver cette solution.

Nommé il y a une semaine secrétaire d’Etat aux Français de l’étranger, Edouard Courtial, proche de Brice Hortefeux, n’a guère brillé par son travail à l’Assemblée lorsqu’il était député de l’Oise. Nosdéputés.fr a comptabilisé à son actif, au cours de la session 2010-2011, zéro intervention longue en hémicycle, zéro intervention en commission, zéro rapport écrit, zéro proposition de loi écrite, zéro question orale et… deux amendements signés!

Le Parisien (06/10/11)

Une délégation de parlementaires de gauche s'est rendue, le lundi 19 septembre 2011, au centre de rétention administrative situé dans la commune du Mesnil-Amelot (Seine-et-Marne), en France. A la sortie, pointant du doigt le sort réservés aux enfants de migrants, ils ont relayé la parole des retenus qui se plaignent régulièrement de conditions de rétention dégradantes.