Le 4 juillet 2019, mes collègues sénatrices et sénateurs représentant les Français établis hors de France et moi avons interpellé la ministre des solidarités et de la santé au sujet des difficultés liées aux certificats d’existence que les retraités établis hors de France doivent fournir chaque année à leurs caisses de retraite françaises.

Le 11 décembre, une commission mixte paritaire (CMP) réunissant sept députés et sept sénateurs est parvenue à l’élaboration d’un texte commun sur les dispositions restant en discussion du projet de loi relatif à l’engagement dans la vie locale et à la proximité de l’action publique.

Le 30 octobre 2019, je déjeune à la Résidence de France à l’invitation de M. Patrick Lachaussée, consul général, avec Mme Monique Roine, directrice de l’Institut International de Lancy, M. Bernard Revol, président de l’association gestionnaire de l’École primaire française de Genève, Mme Marie-Ange Rousselot, référente de LaREM pour la Suisse, et Mme Lise Merigaud, cheffe de chancellerie.

Conformément à l’article 10 du décret n°2005-1726 du 30 décembre 2005, les passeports peuvent être remis aux demandeurs au lieu de dépôt de la demande ou à l’occasion d’une tournée consulaire ou par un consul honoraire habilité à cette fin. Le choix du mode de remise du passeport doit être effectué lors du dépôt de la demande.

La mutualisation de la gestion des certificats d’existence que les retraités établis hors de France doivent fournir chaque année à leurs caisses de retraite françaises sera effective à compter du 15 novembre prochain, soit six ans après le lancement de ce chantier de simplification.