Le 16 juillet, le cabinet du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères et les services du Ministère avaient organisé une réunion téléphonique avec les parlementaires représentant les Français établis hors de France pour faire un point sur la situation des Français de l’étranger.

Conformément à l’article 12 de la loi de finances initiale pour 2020, le Gouvernement a remis au Parlement un rapport relatif à la fiscalité appliquée aux revenus de source française des contribuables fiscalement domiciliés hors de France.

Doté de deux millions d’euros, le fonds de soutien au tissu associatif des Français à l’étranger (STAFE) a été créé en 2018 suite à la suppression du dispositif de la « réserve parlementaire ». Du 27 juillet au 30 octobre 2020, les dossiers de demande de subvention pourront être retirés auprès des postes consulaires. (source www.diplomatie.gouv.fr)

Le REDE (Réseau d’Entraide aux Détenu(e)s de l’Étranger) est une association d’entraide aux Français les plus vulnérables. Partout dans le monde, des Français sont enfermés, dans des conditions parfois inhumaines, accentuées par l’éloignement de la métropole et de leurs proches. Le REDE a pour conviction que, en France comme à l’étranger, la prison doit être la privation de la liberté d’aller et venir et de rien d’autre. Par conséquent, l’association se mobilise pour faire respecter les droits des Français(e)s détenu(e)s et leur apporter un soutien matériel et moral.

Le 9 juillet, je me suis entretenu avec Laurence HAGUENAUER, directrice des Français à l’étranger et de l’administration consulaire (DFAE) au ministère de l’Europe et des affaires étrangères, Jean-Claude MARFAING, chef de la mission de l’aide à la scolarité et de l’action sociale, et Pascale BARAGHINI, chargée de mission à la DFAE.