Emmanuel Macron avance sur un dossier très délicat qui est celui de la structuration de l’islam en France. La question n’est pas nouvelle : depuis une bonne dizaine d’années les différents gouvernements s’y sont essayé mais sans succès. Il y a plusieurs raisons à cela :

En solidarité avec les femmes qui sont enfermées sans jugement ni inculpation depuis des années en Arabie Saoudite, en particulier la militante en grève de la faim Loujaine Al Hathloul, avec plus d’une vingtaine de collègues sénateurs et députés de divers horizons, j’appelle au boycott du G20 organisé par Ryad, les 21 et 22 novembre prochains. 

Rentrant du Sénat en Touraine en voiture, j’écoute une bonne demi-douzaine de radios. Ce qu’on entend est effrayant : des critiques contre le gouvernement que ce soit dans son action contre le terrorisme, contre la Covid, sur la vaccination anti Covid, sur la fiscalité, sur les plans d’urbanisme, sur la politique agricole, sur la culture, sans oublier le confinement, soit qu’il faille garder les élèves à la maison, soit au contraire qu’il soit essentiel de les envoyer à l’école, la fermeture des commerces et lieux recevant du public, ...