Alors que l’heure est à la défiance, les exécutifs européens essaient tant bien que mal d’apercevoir le phare qui leur permettra de sortir leurs pays de cette tempête sanitaire sans fin. Nous aimerions tous pouvoir dire que c’est bientôt fini, pourtant, nous faisons de plus en plus face à une réalité certes morose mais inéluctable : il faut apprendre à vivre avec le virus.

Depuis 2014, à la demande du Mali, la France est engagée dans la lutte contre le terrorisme au Sahel. Le Président l’a rappelé, nous le faisons à la fois pour protéger nos alliés d’Afrique de l’Ouest de la déliquescence de l’État, mais aussi, et surtout, pour protéger les ressortissants français dans la région et pour garantir la sécurité nationale. En effet, les groupuscules qui agissent au Sahel aujourd’hui sont ceux qui demain frapperont la France si nos armées n’interviennent pas.

La Docteure Ngozi Okonjo-Iweala a été nommée, à la suite d’un consensus entre tous les Etats membres, à la tête de l’Organisation Mondiale du Commerce. Première femme et première personne africaine à servir le poste, son mandat commencera le 1er mars. Elle doit sa victoire à la défaite d’un autre : celle de Donald Trump, dont l’administration bloquait la nomination en faveur de la candidate Yoo Myung-Hee, ministre du commerce sud-coréenne. Joe Biden a quant à lui préféré se ranger du côté des autres pays, qui soutiennent Okonjo-Iweala depuis quelques mois.

C’est une réalité : le système méritocratique français pour accéder à la haute fonction publique n’est plus ce qu’il était il y a 20 ans. Exemple édifiant, en 2019, la proportion d’élèves de l’ENA ayant un père ouvrier était de 1%, tandis que la proportion d’élèves ayant un père exerçant une profession intellectuelle supérieure était en moyenne de 73%.

En 2019, les émissions de CO2 françaises ont diminué de 1,7%, chiffre supérieur de 0,2% aux objectifs fixés par le gouvernement. Dans la continuation de la lutte contre le changement climatique, le projet de loi climat et résilience a été présenté en Conseil des ministres mercredi dernier.

Il n’y a pas de miracle. Tout comme le reste du monde, la France a fortement pâti de la pandémie mondiale. Le PIB français a plongé de 8,3% en 2020, selon une estimation de l’Insee publiée fin janvier. Pourtant, des signes encourageants soulignent la capacité de l’économie française à se remettre de cette récession dans un futur proche.

Tandis que Donald Trump avait attendu près d’un an pour faire le déplacement au Département d’État américain, Joe Biden l’a fait deux semaines après son installation à la Maison Blanche. Accompagné de sa Vice-Présidente Kamala Harris et du nouveau Secrétaire d’État Anthony Blinken, il a fait sa première déclaration de politique étrangère américaine - en ce qui peut être considéré comme le premier vrai discours en la matière depuis son investiture.