Je suis profondément déçu devant le vote du deuxième PLFR 2020, vendredi dernier, à l’Assemblée nationale. Plusieurs députés avaient déposé des amendements visant à remettre – modestement – des crédits sur les dotations budgétaires de l’AEFE (25 millions d’euros), des bourses scolaires (10,5 millions d’euros) et des aides sociales (1,33 millions d’euros).

Beaucoup s’inquiètent et spéculent sur ce qui peut bien arriver « le jour d’après ». Il s’agit d’une crise économique sans précédent alors comment l’appréhender ? Alors que pour l’heure le déconfinement n’est pas encore déterminé, la situation économique tourmente un grand nombre de commerçants et d’entrepreneurs.

Nous devons nous montrer à la hauteur. L’Italie est le pays européen qui souffre le plus de la pandémie du Covid-19 et nous parlons là du Nord, de la Lombardie, de la Vénétie, ... régions prospères. C’est aussi un pays dont l’économie est en mauvais état depuis plusieurs années avec un système bancaire défaillant et un endettement important.

En France, en Europe et dans de nombreux pays nous faisons face à la pandémie et nous cherchons les méthodes préventives (confinement) et curatives (vaccins ou autre) contre le Covid-19. C’est un stress considérable pour beaucoup d’entre nous et pour les personnels de santé. Mais nous sommes organisés, nous avons des moyens importants et nous avons tous bon espoir que dans quelques semaines nous reviendrons à une situation sanitaire normale, sauf pour nos morts.

Benny Gantz se voit confier par le président israélien Reuven Rivlin, la formation d’un nouveau gouvernement. Coup de grâce aux dix années de règne de Benyamin Netanyahou, lui qui s’imaginait déjà signer pour un autre mandat. Si on ajoute les voix de Liberman à celles de la Liste Unie, le parti nationaliste Bleu-Blanc remporte haut la main cette élection.