Dimanche dernier, le Conseil d’Administration de Danone a acté le départ d’Emmanuel Faber, PDG du groupe depuis 2017. Les fonds activistes Bluebell Capital (anglais) et Artisan Partners (américain) faisaient campagne pour son départ depuis quelque temps, arguant la performance de Danone a décliné par rapport à ses concurrents, Unilever et Nestlé, sous sa direction.

C’est un score historiquement bas que la CDU, le parti de la chancelière Angela Merkel, a enregistré dimanche à l’issue d’élections régionales dans deux Länder comptant parmi les plus riches et peuplés du pays, le Bade-Würtemberg (une économie comparable à la Pologne) et la Rhénanie-Palatinat (une économie comparable à la Hongrie). Oiseau de mauvais augure ?

À l’occasion de cette journée internationale des droits des femmes, je voulais mettre en lumière les parcours courageux des femmes diplomates, qui ont œuvré et œuvrent pour la France et les Français à l’étranger, et qui ont souvent eu un parcours plus compliqué que celui de leurs comparses masculins, dans un ministère où le plafond de verre est réputé très solide.

Les garde-fous budgétaires adoptés en 1997 par la zone euro seraient-ils en train de se déliter petit à petit ? La Commission européenne s’est hier prononcée en faveur du maintien de la suspension du Pacte de stabilité et de croissance en 2022, gelé depuis mars 2020 pour permettre aux pays européens de faire face aux retombées de la crise sanitaire.

Alors que l’heure est à la défiance, les exécutifs européens essaient tant bien que mal d’apercevoir le phare qui leur permettra de sortir leurs pays de cette tempête sanitaire sans fin. Nous aimerions tous pouvoir dire que c’est bientôt fini, pourtant, nous faisons de plus en plus face à une réalité certes morose mais inéluctable : il faut apprendre à vivre avec le virus.

Depuis 2014, à la demande du Mali, la France est engagée dans la lutte contre le terrorisme au Sahel. Le Président l’a rappelé, nous le faisons à la fois pour protéger nos alliés d’Afrique de l’Ouest de la déliquescence de l’État, mais aussi, et surtout, pour protéger les ressortissants français dans la région et pour garantir la sécurité nationale. En effet, les groupuscules qui agissent au Sahel aujourd’hui sont ceux qui demain frapperont la France si nos armées n’interviennent pas.

La Docteure Ngozi Okonjo-Iweala a été nommée, à la suite d’un consensus entre tous les Etats membres, à la tête de l’Organisation Mondiale du Commerce. Première femme et première personne africaine à servir le poste, son mandat commencera le 1er mars. Elle doit sa victoire à la défaite d’un autre : celle de Donald Trump, dont l’administration bloquait la nomination en faveur de la candidate Yoo Myung-Hee, ministre du commerce sud-coréenne. Joe Biden a quant à lui préféré se ranger du côté des autres pays, qui soutiennent Okonjo-Iweala depuis quelques mois.