Chaque année, fin septembre, les trois groupes parlementaires socialistes à l’Assemblée nationale, au Sénat et au Parlement européen se réunissent pour coordonner leurs vues sur les questions qui viennent en débat : retraite, immigration, école, budget, … Le thème de cette session est « la République abimée ».

J’ai été surpris que Jean-Louis Bianco déclare vouloir être candidat à la primaire et écrive même son livre-programme. Cela ne cadre pas avec son image de grand serviteur de l’État, plus technicien de la machine gouvernementale que politique même s’il a gravi tous les échelons de la vie locale : conseiller municipal, maire de Digne, conseiller général, président du Conseil général des Alpes de Haute Provence, député.

Pourtant hier ce n’était pas un vendredi 13 mais nous avons connu deux échecs : la loi sur les retraites est passée à l’Assemblée nationale et celle sur la sécurité dite LOPPSI 2 au Sénat. J’ai déjà parlé de cette dernière, je me concentrerai sur la première pour faire deux remarques :

Je note que Barack Obama vient de s’engager sur un plan de relance ou de soutien à l’économie américaine de 50 milliards de dollars, essentiellement dans le domaine des infrastructures de transport : routes, voies ferrées (peut être la Californie se dotera-t-elle d’un TGV ?). Je souligne ceci pour répondre à tous ceux qui sautent sur leur siège en criant « austérité », « rabotage de toutes les dépenses publiques », …. Il faut certainement réduire les déficits publics d’abord en cessant de baisser les impôts (à fiscalité égale depuis 2004, nous aurions 10 milliards d’euros de recettes supplémentaires), en soutenant l’activité économique dans les domaines qui créent l’avenir : recherche, infrastructures, ….

Et parmi ces 50000, une vaillante troupe de Français de l’étranger groupés derrière leurs banderoles de Français du Monde et de la FFE du PS. De nombreux conseillers AFE étaient là puisque la session commence lundi et toutes les régions du monde étaient donc représentées.

C’est la reprise dans tous les sens du terme et l’actualité est très chargée. Nous commençons les réunions habituelles du PS et de notre Fédération des Français à l’étranger : c’est l’occasion unique dans l’année de nous rencontrer physiquement et de débattre de vive voix, toujours mieux que par mél.