La Suisse nous a surpris par un vote très net avec près de 60% de ses citoyens hostiles à l’érection de nouveaux minarets. Les sondages d’opinion avaient prédits le contraire (nouvelle leçon à retenir) et ce qu’on appelle « l’establishment » (les grands partis sauf l’UDC, les syndicats, les églises, les milieux d’affaires) avaient appelé à voter contre l’initiative du député Oskar Freysinger, comme cela avait été le cas pour le referendum du la constitution européenne en France.

Comment débattre avec un ministre anciennement socialiste et rallié à Sarkozy ?

Nous sommes dans le vote du budget, jour et nuit. Vendredi j’ai pu intervenir sur deux ministères : l’administration pénitentiaire et l’immigration, Jean-Marie Bockel et Éric Besson, deux transfuges du PS. Cela complique bien sûr la tâche car il y a un sentiment de malaise, une gêne pour eux qui se sont salis dans cette trahison de leurs valeurs et de leurs idées. Ils expliquent qu’il n’en est rien et qu’au contraire ils sont, eux, constants dans leurs convictions mais chacun sent que les objectifs politiques de Sarkozy qui sont, je le répète, très construits sur le plan idéologique, ne sont en aucun cas ceux de la social-démocratie ou du socialisme européen, c'est-à-dire les nôtres. Il n’y a aucune confusion possible.

europeIl semble que le Gouvernement ait tranché la question de la désignation des deux députés européens supplémentaires pour la France. Ce sera une désignation par l'Assemblée nationale et ces députés ne seront que des observateurs au Parlement européen puisque non élus ! Une bien mauvaise méthode pour la démocratie européenne. À suivre....

En guise d’introduction : je ne pense pas que le débat sur l’identité nationale voulu par Nicolas Sarkozy et relayé par Éric Besson ait grand sens. Pourquoi le lancer maintenant ? Y a-t-il quelque part une menace contre l’identité nationale ? Y a-t-il même une demande qui vienne soit de nouveaux citoyens français désireux de clarifier ce qui est leur nouvelle « identité » soit de Français plus anciens qui auraient des doutes sur ce qu’ils sont ? Pas du tout, j’ai beau tendre l’oreille, je n’entends rien et toutes les explications sur cette opération de circonstance s’en trouvent validées.