J’ai regroupé, ici, mes articles de blog concernant l’international.

Ce matin, j’assiste au colloque organisé par Nicole Bricq au Sénat sur les relations économiques et financières entre les Etats-Unis et l’Europe (le dialogue transatlantique). Débat de très haut niveau entre les intervenants que j’ai pu entendre : côté américain (les professeurs James Galbraith, Robert Wade, Bill Black), côté français (Jacques Mistral, Jean de Maillard).

Je suis, comme beaucoup, désespéré de la situation au Proche-Orient, entre Israël et les Palestiniens. Je ne vois nulle part de lueur d’espoir. Les Palestiniens sont divisés et risquent un affrontement fratricide entre le Hamas et le gouvernement Abbas.
Ce peuple travailleur et plein d’initiative vit dans le désespoir à Gaza, dans les camps de réfugiés jordaniens ou libanais. Et ce désespoir leur a fait rater – à un cheveu près – cette chance unique de paix qu’étaient les accords d’Oslo. Mais on ne refait pas le cours de l’Histoire.

Finalement, le dernier sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de France et de 38 pays africains est plutôt réussi (oui, je sais je ne devrai pas écrire cela étant dans l’opposition !).

La France peine à redéfinir ses relations avec l’Afrique, empêtrée dans le faux émotionnel, les intérêts économiques bien réels et les restes de barbouzerie gaullienne. Elle n’est plus « l’alma mater » des années 1960, elle doit résister à la concurrence des Chinois, des Brésiliens pour les marchés de travaux publics et pour l’exploitation des matières premières. Et il est normal que les pays africains cherchent à diversifier leurs propres relations internationales.