politique

Agitation à droite et préparation de notre contre-attaque à gauche, l’actualité politique ne manque pas de piquant.

Vous trouverez ici mes articles sur ce point.

Après l’ouverture de la chasse au petit gibier dimanche dernier, on attend avec impatience dans ma Touraine, et en particulier chez nous à Vouvray, l’ouverture du ban, c'est-à-dire le début des vendanges. La date, curieusement, n’est pas encore fixée par M. le Préfet (en France, l’État s’occupe de tout), mardi, mercredi ? On commence et on finit par un « bellot », simple repas au début et grande fête à la fin des vendanges. Cette année sera un bon cru mais rare, à acheter de suite.

Je pensais connaître un peu mon parti, ayant suivi la vie interne et les congrès depuis 1973 (68 si on compte le PSU). Les règles du jeu étaient assez claires : on votait pour les motions. Pour cela il fallait disposer d’un bon réseau couvrant les sections et si nécessaire on faisait adhérer un certain nombre de personnes pour avoir une majorité dans la section et dans le Fédération. Il y avait un débat d’apparence idéologique. C’était vrai à l’époque de Mitterrand-Rocard, mais avec le temps ces oppositions soi disant de doctrine sont devenues des prétextes.

C’était un endroit mythique, à Paris, au métro Bir Hakeim. Une piste circulaire où se disputaient les courses de vitesse à vélo, très populaires avant et juste après la guerre. Et puis il a été utilisé comme centre de concentration des rafles de juifs (13 000 au total, surtout des femmes et des enfants), les 16 et 17 juillet 1942. Cela voulait dire que peu de jours après avoir été enfermés dans des conditions innommables, ces Français ont été déportés vers les camps d’extermination nazis et vers une mort quasi certaine.