politique

Agitation à droite et préparation de notre contre-attaque à gauche, l’actualité politique ne manque pas de piquant.

Vous trouverez ici mes articles sur ce point.

Voilà une question qui va nous occuper puisque nous aurons, selon toute vraisemblance, à voter bientôt un projet de loi d’interdiction « totale ». Cette expression veut dire « dans des lieux publics ». En privé, chacune s’habille comme elle veut et de plus, c’est précisément chez elles que les porteuses de burqa ou de niqab l’enlèvent, sauf, horreur, présence d’un homme qui ne serait pas le mari ! Lieux publics, cela veut dire rue, passage, tout commerce, service, mais aussi administration de toute nature, toute réunion associative, sport, école, université, transport public, ...

Le débat sur l’identité nationale repart mais en mode mineur. On est plutôt dans le style colloque avec professeurs d’université, chercheurs, ... donc politiquement plus propre, plus présentable, avec moins de dérapages limites. Fadela Amara dans une interview au Parisien libéré dit : « il est bon de savoir ce qui fait qu’on est Français, y compris pour moi qui fait le ramadan tout en siégeant au conseil des ministres ». Je ne partage pas ce sentiment car je pense que le ressenti « être Français » est essentiellement subjectif, défini par chacun en fonction de toute son éducation, histoire personnelle, culture, ...

Un calendrier d’enfer : voilà à quoi nous convie la direction nationale du PS. Pensez donc : une convention sur le développement économique et écologique (20 mai), la rénovation du PS (3 juillet), les questions internationales et européennes (9 octobre), l’égalité réelle (11 décembre).  Et voilà, en 6 mois tout est bouclé. J’ai personnellement mes réserves sur ce genre de calendrier qui amène à adopter des textes disparates et flous, faute d’avoir créer un consensus par un travail commun long et didactique ou bien d’avoir tranché des positions clairement irréductibles. Or le PS se caractérise par son art à faire coexister des positions très opposées.

Non, c’est plutôt un centriste, un chiraquien, un villepiniste donnés en pâture aux groupes parlementaires UMP en recherche furieuse de boucs émissaires après la claque des régionales. Qui pouvait imaginer que la leçon que Nicolas Sarkozy tirerait du vote de dimanche serait la nécessité de nommer un chiraquien (qu’est ce au juste politiquement ?) au ministère du budget ? Un remaniement pas si anodin ni technique que ça :

Hier après-midi j’ai participé à la manifestation organisée par une vingtaine de syndicats et d’associations regroupant tous les métiers de la justice : juges de toute sorte, greffiers, avocats, personnel de la pénitentiaire, de la protection de la jeunesse,.... tout le monde est là (sauf FO pénitentiaire). Le but est de protester contre les réformes en rafale dans tous les domaines du droit et en particulier dans le sécuritaire, contre le manque de moyens de la justice et la prison, contre la politique d’expulsions,....