politique

Agitation à droite et préparation de notre contre-attaque à gauche, l’actualité politique ne manque pas de piquant.

Vous trouverez ici mes articles sur ce point.

Non, c’est plutôt un centriste, un chiraquien, un villepiniste donnés en pâture aux groupes parlementaires UMP en recherche furieuse de boucs émissaires après la claque des régionales. Qui pouvait imaginer que la leçon que Nicolas Sarkozy tirerait du vote de dimanche serait la nécessité de nommer un chiraquien (qu’est ce au juste politiquement ?) au ministère du budget ? Un remaniement pas si anodin ni technique que ça :

Hier après-midi j’ai participé à la manifestation organisée par une vingtaine de syndicats et d’associations regroupant tous les métiers de la justice : juges de toute sorte, greffiers, avocats, personnel de la pénitentiaire, de la protection de la jeunesse,.... tout le monde est là (sauf FO pénitentiaire). Le but est de protester contre les réformes en rafale dans tous les domaines du droit et en particulier dans le sécuritaire, contre le manque de moyens de la justice et la prison, contre la politique d’expulsions,....

Il n’a échappé à personne qu’aucune femme n’a été nommée au Conseil constitutionnel. Sachant qu’une femme, Dominique Schnapper, le quitte, le ratio femme-homme va être de une pour dix ! Un fois encore, la parité est traitée comme un problème annexe, dans un second temps. Si on peut faire d’une pierre deux coups on nomme une femme, sinon on garde un homme qui sera considéré comme une valeur sûre.

À l’âge où la citoyenneté se construit, comment peut-on vouloir entrer dans une société policière qui fait de plus en plus peser une présomption de culpabilité sur les jeunes ? Comment le gouvernement peut-il expliquer une telle privation de liberté pour un fait si mineur ? La jeune fille s’était simplement interposée dans une bagarre de collégiens …

Les chœurs grecs s’élèvent pour défendre Georges Frêche (quoiqu’il soit agrégé de droit romain et qu’il n’ait guère besoin d’être défendu). Extraits du florilège : « ses derniers propos ne sont pas anodins ; il a le verbe haut comme un bon gars du midi ; il n’y a pas plus favorable à Israël que lui ; il a beaucoup fait pour la bonne ville de Montpellier ; c’est un règlement de compte entre Fabius et Royal ; traiter les harkis de sous-hommes, ce n’est pas méchant », et j’en passe !