Drapeau européen

« La vieille Europe ; elle ne revivra jamais : La jeune Europe offre-t-elle plus de chances ? » Cette citation, pourtant ancienne, de Chateaubriand n’a jamais été aussi actuelle qu’aujourd’hui. Nous sommes à un moment clé où il faut prendre les bonnes décisions pour que l’Europe ambitieuse que nous appelons de nos vœux existe enfin.

Vous trouverez ici mes articles exposant ma vision de l’Europe.

Je ne suis pas un ami des deux populistes démagogues anti européens qui gouvernent l’Italie. C’est un crève-cœur de voir ce beau pays si attachant, si riche, fondateur de l’Europe des Six s’aligner sur la Hongrie d’Orban ou sur la Pologne.

Hier à sa résidence d’été de Chequers, Mme Theresa May a repris la main en imposant sa discipline à tous les ministres de son Cabinet, à commencer par les Brexiters comme Boris Johnson. Au coin, comme des petits garçons, toute « grande gueule » qu’ils soient !

« Il faut donner à la zone euro un budget propre et un instrument d’intervention économique pour régler le développement » affirmait Jacques Delors en octobre 2012, lorsque la crise de la dette européenne battait encore son plein. Près de six ans après, il semblerait que cette revendication si chère à la France soit sur le point d’être réalisée.